Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Lu dans l'Humanité du 30 09 2014:

Les collèges et lycées publics manquent cruellement de professeurs. En cette rentrée, les annonces de recrutement de vacataires se multiplient, de Pôle Emploi à divers sites de petites annonces, jusqu’au Bon Coin.

« Cherche professeur d’anglais pour enseigner en collège, prise de poste immédiate, 9,53 euros de l’heure, débutant accepté. » La foire aux profs contractuels est ouverte depuis début septembre. Des milliers d’élèves n’ont pas d’enseignants depuis des semaines. Il y a particulièrement une pénurie de professeurs de Techno, de langues et de matières scientifiques.  Le rectorat de Paris recherche ainsi de "nombreux postes à pourvoir sur Paris" de professeurs de Techno en collège. Les profils possibles sont variés. Un bac + 3 en génie électrique, génie civil, mécanique, diplôme d’ingénieur…

Car si un professeur débute sa carrière à Bac+5, l’urgence de trouver des vacataires incite les établissements à baisser les exigences. Ainsi un collège de Lozère cherche un professeur d’espagnol niveau Bac+2 pour un salaire de 9,53 euros de l’heure, soit juste le Smic, avec le temps de préparation des cours non payé bien entendu. D’autres établissements avec plus de moyens proposent des salaires horaires allant jusque 38,50 euros.

Les vacataires sont bien souvent à cheval sur plusieurs établissements. Un professeur d’éducation musicale dans l’académie de Nantes est ainsi recherché, pour « 9 h de cours/semaine sur le collège François Grudé de CONNERRE et 5 h de cours/semaine sur le collège René Cassin de BALLON. » « Diplôme exigé : licence Musicologie à défaut Deug Musicologie ». Et plusieurs de ces vacataires, recrutés au niveau licence, auront à préparer les élèves pour le Bac ou le brevet.  

Pôle emploi: cherche prof de collège, 1088 euros par mois

Note de ma pomme: Aux dernières nouvelles, les parlementaires du Fg ne sont toujours pas dans l'opposition au palais de l'Elysée.

Commenter cet article