Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les frondes

Faut savoir de quoi on parle, lorsqu’on évoque aujourd’hui les « frondeurs ».

Il y a eu, en réalité, plusieurs Frondes. La Fronde n'a été ni une révolution parlementaire, ni une révolution féodale, ni une révolution populaire, mais de tout cela un peu. Du mouvement dirigé contre le ministériat, les intendants, les traitants, les contradictions du système, les charges consécutives à la guerre étrangère, est sortie, au terme d'une période de révoltes et de troubles, une guerre civile déclarée, qui a mis le comble aux malheurs. Mais comme aucun groupe politique ou social n'a pu affirmer un programme ou entreprendre une action coordonnée, capable de rallier la majorité du pays ou de la soumettre, la monarchie traditionnelle a retrouvé son pouvoir. Total.

Je ne sais pas vous, mais moi cela me fait réfléchir…..

 

Frondeurs

Martine Aubry serait un appui de poids aux députés PS dits "frondeurs". Faut savoir retenir les leçons de l'histoire: le parcours des frondeurs du temps de la régente Anne d'Autriche et de Mazarin eut pour résultat un ralliement final à la cause du roi et de Mazarin tandis que Condé passait aux Espagnols. En 2014, avec ces gens là, l'histoire risque de bégayer.

 

Doser

"Doser", tel est le verbe du jour. Il a été employé à plusieurs reprises ce lundi matin par Martine Aubry sur France Inter. On aura compris que pour la dame de Lille, il ne s'agit pas de contester le fond des réformes de MM Hollande et Valls mais de les "doser". Bref, on continue sur la même lancée mais en "dosant".

 

Note de ma pomme: Pas mieux!

Si, le feuilleton Thierry la-fronde à la téloche en noir et blanc du temps de ma jeunesse. Avec Jean-Claude Drouot dans le rôle principal. Un Robin des bois façon française qui volait aux riches pour donner aux pauvres. Mais pas du tout comme les socialistes du Parti socialiste et du gouvernement de nos jours.

Martine Aubry, les frondes et les frondeurs, par José Fort

Allez, en avant la zizique...

Commenter cet article