Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dès 8 h ce vendredi matin, les 755 salariés de l'abattoir Gad de Josselin sont passés par ordre alphabétique pour savoir s'ils seront repris par la SVA, filiale d'Intermarché.

 

 

Pris sur Ouest-France: "L'ambiance est tendue ce vendredi matin devant le centre culturel de Josselin loué par Gad pour annoncer l'avenir de leurs 755 salariés. Ils ont tous été invités à s'y présenter entre 8 h et 12 h 30 suivant l'ordre alphabétique de leur nom de famille. « On nous fait passer entre des barrières métalliques comme des moutons, puis on donne notre nom, ils remplissent un registre et nous disent si on est repris en nous donnant une lettre », explique Didier, salarié au service expédition de Gad depuis 22 ans. Lui est repris, c'est expliqué dans la lettre qui lui a été remise avec son badge lui permettant de reprendre le travail dès lundi. 

Mais pour près d'une personne sur trois, soit 225 salariés, il n'y a pas de badge. « On nous a tendu une lettre avant de nous inviter à une réunion d'information où on nous a dit qu'on nous proposera une solution de reclassement la semaine prochaine », explique Pascal, licencié. Comme la plupart des salariés, il est surpris par la méthode « expéditive ». (...)"

 

Note de ma pomme: Expéditive, c'est le moins qu'on puisse dire lorsqu'un travailleur est obligé de défiler à la queue leu leu pour savoir s'il est abbatu ou pas sur l'autel du capitalisme. Dans cette mauvaise société, les mousquetaires d'Intermarché sont de sinistres sicaires qui achèvent les hommes comme on le fait pour les chevaux de course après les avoir exploités. IGNOBLE!

 
Les travailleurs des abbatoirs Gad à l'abbatoir: ignoble! Et où sont les "Bonnets rouges"?

Quant aux soit-disant "Bonnets rouges", du moins leurs chefs qui voulaient rendre la Bretagne aux Bretons et qui ont abusé des salariés, on mesure aujourd'hui toute leur évidente nocivité.

Mais c'est cela le capitalisme, avec tous ses laquais qui le soutiennent et ces faux-culs faisant mine du contraire.

Commenter cet article