Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Emmanuel Macron, le ministre de la banque Rothschild mais de gôche, veut mettre des autocars à la disposition des pauvres pour traverser la France en toutes parts. Cette déclaration indigne a fait réagir la CGT-Cheminots:

 

BUSINESS CONTRE SERVICE PUBLIC !
Le ministre de l’économie amplifie la mise en concurrence directe du rail avec la route, via le développement de « l’offre de services de transport par autocar » voulue complètement libre sur tout le territoire. On voit ainsi le choix fait de délaisser le service public ferroviaire pour favoriser l’installation de compagnies de bus low-cost privées parmi lesquelles on retrouve la propre filiale de la SNCF : Id-bus. 


Le ministre de l’économie envisage de développer une offre routière privée à coût réduit pour les plus modestes, dont les jeunes. L’accès au train étant, selon lui, réservé aux plus aisés. Le ministre se dévoile complètement lorsqu’il annonce à l’occasion de sa présentation devant la presse : « Les pauvres qui ne peuvent pas voyager pourront voyager plus facilement ».


Cette stratégie va conduire au développement du mode routier pour le transport de voyageurs en territoire afin de pallier au désengagement de l’Etat concernant le système ferroviaire. 


Pour la Fédération CGT des cheminots, cette nouvelle annonce va dans le prolongement de la loi du 04 août 2014 portant réforme du système ferroviaire, qui non financée, va provoquer la fermeture de lignes SNCF (lignes régionales, trains d’équilibre du territoire et de marchandises), de gares, de guichets jugés non rentables.


Cette stratégie du bas coût va entraîner une dégradation sans précédent des conditions sociales, de vie et de travail des salariés des transports, ainsi qu’un abaissement des conditions de transport liées au confort, à l’allongement des temps de parcours et à la sécurité routière avec les risques que comporte ce type de transport sur de longues distances (fatigue, accidents de la route…).


La Fédération CGT des cheminots dénonce fermement la trajectoire ultralibérale prise par le gouvernement concernant le service public des transports, qui n’a pour objectif que de satisfaire l’appétit financier de la commission Européenne, de mettre en concurrence les différents modes de transports en tentant d’opposer les citoyens entre eux.

Le business contre la sécurité et le service public du rail

Commenter cet article

Daniel BESSON 19/10/2014 12:34

MonDieu MonDieu !
" Du sang sur les mains " peut-on lire ! Usager d'un TER je ne peux que regretter l'absence de liaison directe Marseille- Salon ou Marseille-Grenoble par autocar et être soumis au diktat des grèves , en moyenne 3 par mois , à la SNCF . J'ai autre chose à faire que de travailler pour financer la " solidarité " des camarades de la SNCF , payer le juste prix d'un transport non-subventionné par exemple . Quand aux autocars des lignes interurbaines , partout ou ils circulent en Europe , ils sont plus propres que les TER et les toilettes , dans un espace beaucoup plus réduit , sont TOUJOURS fonctionnelles et ne chlinguent pas ! Daniel BESSON

le blog de roger colombier 19/10/2014 16:20

Dois-je rire ou trépigner devant ce commentaire?
Bon j'en ris parce que, à mon avis, l'absurde y atteint des sommets.
Pour autant merci de me lire et que mes lignes ne vous hérissent pas trop le poil. Sinon, ça serait bêta. Vraiment.

aline 18/10/2014 23:39

les français pauvres ou non, les voyageurs de toutes sortes n'auront rien à gagner à cette prétendue concurrence mais ils pourront constater combien leur vie compte si peu face à la politique de rentabilité contre celle de la sécurité, et l'écologie elle en dit quoi ? - Il est à noter aussi qu'après les grandes entreprises nationales et autres, celles où les mouvements syndicaux étaient forts ont été éclatées par ces derniers gouvernements (EDF GDF, AIR FRANCE, PTT, TELECOM, .....) à la SNCF les cheminots trop solidaires et résistants doivent être anéantis, avec le fractionnement de la SNCF c'est donc une grande force de résistance qui sera visée et dans cette brêche pourra s'infiltrer toutes les malveillances espérées par le patronat souhaitées par la Droite et exécutées par ce gouvernement P. S.; Aline

sorcière and co 18/10/2014 19:57

tous ceux qui soutiennent macron auront du sang sur les mains en faisant prendre des risques aux ..pauvres dans leurs cars de misère, à la sécurité bazardée