Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La gente dame du Poitou a demandé que les autoroutes soient gratos les week-end et de taxer les patrons des sociétés autoroutières. C'est pour le bien du bon peuple, a dit la ministre des Transports, de l'écologie et surtout du vent qui fait gonfler les vessies pour des lanternes.

Aussitôt, Manu militari Valls, le grand vizir que François 2 a donné au bon peuple de France, a rétorqué que les choses resteraient en l'état concernant le trésor amassé par les sociétés privées depuis que la droite avaient dénationaliser les autoroutes.

Qu'on ne s'y trompe pas. Les gens de l'Elysée ne font que du vent en tentant de montrer qu'ils ne sont pas unanimes sur la conduite de la gestion capitaliste du pays.

Parce qu'il y a un seul moyen pour que les autoroutes redeviennent dans le bien de la nation: c'est la nationalisation. Même que s'est inscrit dans la Constitution. Seulement, lorsque les sénateurs communistes l'ont proposée, et bien la droite et le parti socialiste ont rejetté le projet de loi, le 19 juin 2014.

Et hier mardi 14 octobre de la même année, Manuel Valls recevait les patrons des autoroutes privatisées. Et qu'est sorti de ce conclave entre gens du même monde? Du vent, pour faire gonfler les vessies pour des lanternes et abuser le peuple de France. CQFD.

Petit rappel historique: en 2008, le Parti socialiste de l'île de Ré fustigeait la privatisation du secteur autoroutier: le dessin qui illustrait l'article...

Au feu les pompiers, il y a l'autoroute qui brûle... Mais non!

C'est rigolo ou pas?

Commenter cet article

canaille le rouge 15/10/2014 18:49

Je te trouve limite persiflage.
Mais juste limite.
Alors continue!