Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Celle de la patrie des droits de l'Homme et du citoyen

Une loi antiterroriste va être entérinée par le Parlement. Elle surfe sur la décapitation ignoble de 3 otages par le soi-disant Etat islamique en Irak et au Levant qui, de plus, par une épuration meurtrière sur les populations civiles, fonde un islam plus blanc que blanc. Loin de moi de soutenir cette barabarie fascisante consacrée au nom du ciel. Le fascisme est partout à abattre, qu'il soit d'ordre religieux ou politique, souvent des deux à la fois.

Mais peu s'émeuve que ce projet de loi soit porté par Bernard Cazeneuve, le chef de la police de l'Elysée et non par le ministre de la Justice. Peu se trouble également que ce projet soit débattu en urgence, une seule lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat, alors que toute loi touchant aux libertés devrait donner lieu à un vrai débat parlementaire, après avoir entendu les avis des personnalités et associations calées sur ce sujet.

Mais non, François 2, qui dégringole toujours plus dans l'opinion publique, fait montre de ses petits muscles pour essayer de remonter la pente. Et son chef de la police sort des chiffres à faire hurler d'effroi dans le JDD: 930 Français ou étrangers résidant en Gaule sont aujourd'hui impliqués dans le djihad en Syrie et en Irak, 350 sont sur place, 180 sont repartis de Syrie et 170 sont en transit. 36 sont décédés là-bas. On pourrait presque demander si les Renseignements français ont ces chiffres après le contrôle des billets d'avion en Turquie, notre amie dans l'OTAN.

Ainsi, avec cette loi liberticide, l'administration, c'est à dire la police, sans passer par un juge, va pouvoir opérer en toute liberté. Au mépris de nos libertés privées et individuelles.

Du coup, comme des fauves dans l'arène, des députés de droite et de son extrême veulent durcir encore plus la loi proposé par le chef de la Police. Toujours au mépris de nos libertés.

M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis la France

Commenter cet article