Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est bêta de le dire, mais depuis que son président était un courtisan du palais de l'Elysée socialiste, cela avait été O+O la tête à Toto en bilan pour la justice et le progrès social. Non?

Bon, en fauteuils de sénateurs perdus ou gagnés par les uns et les autres, le PCF perd des plumes, notamment dans l'Allier, département qu'il gère. Le Parti de la rue Solférino et du Medef recule aussi. Quant aux radicaux de gauche, les supplétifs de la gôche élyséenne, voilà-ty pas qu'ils paument même Jean-Michel Baylet, leur président à vie et grand magnat de presse dans le sud-ouest. Bien, après la Bérézina aux municipales, c'est somme toute la suite logique.

Et c'est une victoire de la droite qui ne changera rien au quotidien des gens, vu que l'Assemblée nationale et François 2 par ses ordonnances ont la prédominance sous cette constitution très monarchique instituée par le général de Gaulle après son coup d'état en 1958, coup d'état soutenu en son temps par la droite et le Parti socialiste. Et comme les sus-nommés font un politique de droite...

Il reste que 2 sénateurs d'extrême droite sont élus également. Une première. Quand on sait que seuls les grands électeurs votent pour les sénatoriales, que 95% d'entre eux sont désignés par les conseils municipaux, chacun peut mesurer que ces individus, non encartés chez la Marine et son digne père, n'ont pas tremblé en mettant un vote brun dans l'urne.

Les politiciens et leurs portes-voix appellent le Sénat la Chambre haute du Parlement. Pour ma part, ce n'est pas ainsi que je le désignerai.

Le Sénat a basculé à droite: sans blague, j'avais cru qu'il y était déjà

Et naturellement, ceci n'est pas une manif de sénateurs.

Commenter cet article