Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Et ce sont des producteurs de champagne qui l'organisent. Bon, on débourse 50 euros, mais c'est culturel et vivifiant à la fois. Et puis on a droit à une coupette de champ et à d'autres friandises offertes par la maison. Ben oui, on n'attrappe pas les mouches avec du vinaigre. Parce que le dos cassé en deux toute une journée, son pif dans la feuillée de la vigne, ça mérite quand même une petite récompense.

D'ordinaire un vendangeur, un vrai de vrai, un saisonnier qui a besoin de ce labeur pour accroître son budget, est payé au Smic. Quand il est déclaré. Oui, il n'y a jamais de petits profits pour les patrons du viticole, comme pour les autres d'ailleurs.

Mais en terre de champagne, on débourse 50 euros! Du coup, comme ça marche, le grand pote à François 2, Pierrot du Medef, rêve à faire pareil dans les usines. Du culturel, mesdames et messieurs, à la chaîne chez Peugeot, par exemple. Après, vous pourriez faire une thèse sur la classe ouvrière et ses matins blêmes.

Tiens, une autre idée, pour découvrir la réalité des plans de licenciements dénommés "plans sociaux" par la pensée unique. la carte de France des endroits à visiter. Bon, c'est vrai, elle n'est pas à jour. Mais Pôle emploi peux vous la rectifier.

Ils payent pour venir vendanger, mais c'est du tourisme

Et pour finir une chanson pour les bucoliques du culturel de la vigne. C'est gratos.

Ah, j'ai enregistré cette chronique dans histoire sociale, je n'avais pas de fonds pour bêtise humaine.

Commenter cet article

ALINE 16/09/2014 21:07

Ahurissant, je me souviens du temps des vendanges, les doigts gelées par les feuilles trempées de rosée, les bottes lourdes de terre collée comme on appréciait la pause casse-croute. Ce dernier offert par la maison était copieux ainsi que le repas du midi, l'après-midi c'était les coups de soleil (quand il ne pleuvait pas). Les doigts gourds, le dos courbé, le panier à trainer, fatigue et douleur , tout le corps se révolte, mais qu'importe quand l'ambiance est bonne et surtout que l'enveloppe sera bien garnie. A l'époque les petits exploitants demandaient une main d'oeuvre de qualité certe! mais ils y mettaient le prix et celui-ci étant fixé uniformément ils se différenciaient par l'accueil. j'ai dépanné une grande marque, rien à voir, aucun respect du travailleur, alors quand je lis que des touristes paient pour ça......Le monde à l'envers, pourtant il y en a des choses à voir et à faire en champagne. ALINE