Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Réflexions sur 2 commémorations qui m'ont choqué

Sur la célébration de l'assassinat de Jean Jaurès par l'ultra-nationaliste Raoul Vilain, le 31 juillet 1914 à Paris:

Pourquoi le Pcf a-t-il invité le Ps à cette commémoration tenue devant le café du Croissant à Paris?

Le 4 août 1914, jour des obsèques du père du socialisme français unifié et grand républicain de progrès, les socialistes entrent dans "l'Union sacrée" avec la droite et le patronat pour ouvrir cette boucherie que fut la guerre de 14-18. Et tous leurs députés votent les crédits de guerre. A cette époque, l'Internationale socialiste, existant encore de nos jours, ne joue pas son rôle pacifiste et progressiste. Les députés sociaux-démocrates allemands, engagés eux aussi comme leurs camarades français contre la course aux armements et les industriels, votent également pour la guerre.

Et que dire de cette invitation dans le contexte actuel où Ps et Elysée jouent les boutefeux partout dans le monde?

Réflexions sur 2 commémorations qui m'ont choqué

Sur l'entrée en guerre de la France en 1914:

Dans les discours officiels ou les documentaires historiques, pas un mot sur les guerres balkaniques (1912 et 1913) qui ont précédé la Première Guerre mondiale et les légitimes aspirations à la liberté des Grecs, Serbes, Roumains, Bulgares et autres peuples sous domination étrangère. Pas un mot sur l'empire Autro-Hongrois qui veut poursuivre son extension plus à l'est, ni sur la Russie tsariste lorgnant sur les détroits du Bosphore et des Dardanelles possession de l'Empire Ottoman qui lui s'étend de l'Europe jusqu'au Maroc. Pas une ligne sur les appétits militaro-industriels de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de l'Autriche-Hongrie et autres, n'aspirant qu'à un même but: le contrôle des Balkans et des colonies des autres. Et pas un mot sur le partage capitaliste du monde avec les traités dits de Paix après la Première Guerre mondiale, ce qui a mené à la Seconde et dont on mesure encore les conséquences avec la Palestine, les Kurdes ou l'Afrique.

 

Oublier l'histoire, c'est faire reculer les consciences dans la lutte pour la paix dans le monde, pour un monde de justice et de progrès social, pour la solidarité entre tous les peuples. Méconnaître l'histoire, sert imanquablement la feuille de route distribuée par François 2 et le patronat.

Commenter cet article

aline 05/08/2014 17:44

Cher Roger, comme j'étais troublée j'ai atomisé mon texte aussi je recommence : Sur Généanet ou autre je lis souvent le journal à l'aube de la guerre, et la situation très mouvementée dans l'Europe y apparait très bien (Empire austro-hongrois, Allemagne, Balkans....).Il est intéressant de voir le cheminement utilisé par les Hauts Commandements Militaire et Politique auprès de la population civile pour leur faire intégrer l'idée d'un danger irrémédiable et sa solution radicale. Je pense aux articles signés Lecoq et ceux du Colonel X. Je pense que nous avons les mêmes "poussent aux crimes"et toujours avec la Grande Amérique et la Belle Albion, l'industrie d'armement militaire en pleine essor puis la reconstruction.... après le partage du gâteau, et les pertes humaines ne seront encore que de simples dômmages collatéraux à commémorer. MAUDITE SOIT LA GUERRE et ceux qui nous y conduisent par mercantilisme. Aline