Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le CICE est le fameux  crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, dont les patrons raffolent, puisqu'ils reçoivent de l'argent public (donc de vous et de moi) sans contrepartie.

Pour faire bien, l'Assemblée Nationale a fait des auditions entre le 12 juin et le 10 juillet 2014 pour montrer que ça baigne dans l'huile. Et le rapporteur de ce machin chose est le député PS Yves Blein.

Au titre du CICE, le groupe Mulliez (dont Auchan) a enregistré 44 millions dans son tiroir-caisse en 2013. Et il se trouve que le dit député PS appartient à la famille Mulliez par le biais de son épouse décédée. En effet, il est le gérant de 3 sociétés civiles détenant des titres de l'association familiale Mulliez. Ce qu'il n'a pas déclaré dans sa récente déclaration d’intérêts et d’activités transmise à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, un autre machin chose parlementaire instaurée suite à l’affaire Cahuzac.

Interrogé par Rue89 sur cet « oubli », le député PS s’en explique :

 

« Je ne les ai pas mentionnés car ces sociétés contiennent des actifs appartenant à mes enfants [...]. J’en suis le gérant – par mesure de protection – ni rémunéré ni indemnisé et je n’en possède aucun titre ni actif. C’est pourquoi il ne m’avait pas semblé devoir intégrer cette information dans ma déclaration mais je vais donc sans délai rectifier ma déclaration auprès de la Haute autorité. »

Ex-usufruitier de son épouse, Yves Blein a revendu cet usufruit à ses enfants à leur majorité, il y a une dizaine d’années, pour un montant estimé à plusieurs millions d’euros, indique Rue89.

 

Bon, le député de l'Elysée gère mais sans le savoir. Comme le Bourgeois Gentilhomme de Molière faisait de la prose. A moins que ces déclarations d'intérêts et d'activités des parlementaires ne soient que de la comédie. Mais de la mauvaise comédie et contraire à la transparence de la vie publique et donc à la démocratie.

 Le CICE, le groupe Mulliez et un député PS

Commenter cet article