Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Oui, contrainte d’accoucher par césarienne alors qu'elle réclamait pouvoir avorter.
 

Cette malheureuse est demandeuse d'asile. Elle se disait avoir été victime d'un viol peu avant son arrivée sur le sol irlandais. C'est au cours de la visite médicale d'entrée en Irlande qu'elle découvre son état. Elle est alors enceinte de 8 semaines et demande immédiatement d'être avortée.

Seulement voilà, en Irlande, état de l'UE, un avortement n’est légal que si la vie de la mère est en danger. Bon, l'UE n'est pas très contente de la loi irlandaise sur l'avortement. Mais les affaires étant les affaires dans le grand marché européen où l'humain ne vaut pas une guigne, la Cour européenne de Justice a adressé à l'Irlande un avertissement. Dont l'église catholique, omniprésente dans la société jusqu'au gouvernement, s'est fichée comme de sa première hostie.

La grossesse a donc suivi son cours. Et peu importe que la malheureuse future mère souffre d’une grande fragilité psychologique. A la fin, victime de tendances suicidaires, elle a dû être hospitalisée. Là, dans cet établissement de santé, elle a entamé une grève de la faim.

Elle en était à sa 25e semaine de grossesse. Alors, l'église catholique, pardon la Justice irlandaise a ordonné à l'hôpital d'hydrater la patiente de force. Ce qui fut fait et une césarienne lui a été appliquée.

 

En Irlande, dans cette démocratie de l'UE, l’IVG est illégal, même en cas de viol, d’inceste ou de malformation du fœtus. La loi n’autorise l’avortement qu’en cas de danger pour la vie de la mère. Ici, la Justice a estimé que ce n'était pas le cas.

The Irish Times a publié un éditorial à charge contre cette loi: "Le régime répressif actuel ne reflète pas l’opinion publique". Il évoque "une petite minorité (qui) tyrannise la majorité".

Des psychiatres, cités par Le Guardian, parlent, eux de "femmes à la merci d’une loterie locale, morale ou politique".

The Irish Independant demande que la loi sur l’avortement soit révisée: "Le sort de cette jeune fille questionne non seulement l’efficacité de la loi sur l’avortement, mais aussi les prestations de santé, qui ne répondent pas aux besoins des demandeurs d’asile".

 

C'est Ouest-France qui relaie l'info. Et à première vue, ni le bon gouvernement irlandais ni la bonné église catholique irlandaise n'a semblé réagir.

Bon, l'UE va sûrement leur dire de réciter 2 pater et 3 ave. Et qu'on en parle plus. Oui, parce que les affaires restent toujours les affaires dans notre bon continent européen.

Irlande: accouchement forcé d'une demandeuse d'asile

Nadine Morano n'était pas en vacances en Irlande. De ce fait, la députée européenne de droite n'a rien tweeté à ce sujet. Du coup, Harlem Désir, ministre de l'Elysée chargé des Affaires européennes, n'en a rien dit non plus. Merde, c'est dommage pour l'info libre et non faussée.

Commenter cet article