Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La CGT-Cheminots interpelle les médias
La CGT-Cheminots interpelle les médias
La CGT-Cheminots interpelle les médias
La CGT-Cheminots interpelle les médias

Note de ma pomme: Que le Figaro, ce canal historique de la droite et du patronat, ou d'autres feuilles à ce service exclusif expriment leur haine envers des travailleurs en grève et déforment la réalité dans l'outrance, soit: c'est cela la lutte des classes même si d'aucuns semblaient l'avoir oubliée.

Mais les autres médias, soi-disant à l'opposé des idées réactionnaires, se sont déchaînés autant sur les cheminots grévistes. Oui, à fréquenter les palais des hors-sol et la vie facile, on en oublie sa conscience et son devoir d'informer correctement l'opinion publique. On en devient ainsi également les portes-voix attitrées de la pensée unique.

Pour autant, le monde du travail qui lutte, la CGT en particulier, effrayent donc les maîtres et leurs valets. C'est de bonne augure. Si une bataille s'achève dans le rail français, le combat pour la transformation sociale et l'émancipation n'est pas clos, à la SNCF mais aussi en France. Dans la vie de la cité comme au travail,  la justice, le progrès social et la souveraineté nationale demeurent des idées neuves. Et ce malgré les aboiements des roquets de toutes sortes tenus en laisse par les puissances de l'argent.

Commenter cet article

Dubant 01/07/2014 15:27

Gilbert Garrel a raison de rappeler que la grève des cheminots n'avait rien d'imprévisible et que ses raisons étaient justes. Roger Colombier se trompe en considérant le Figaro comme "canal historique" privilégié "de la droite et du patronat". L'ensemble des medias écrits, du Fig Mag au Nouvel Obs, de Causeur à Libération, déclinent les nuances de la pensée dominante, européiste et libérale. Les "oure players", à l'exception de Mediapart, font pareil. D'une manière générale, les gens de gauche qui imputent aux "journalistes" la responsabilité de l'information déformée se trompent de cible. Ces journalistes sont des salariés qui obéissent servilement aux ordres de leur patron. Ce dernier s'appelle libéralisme. Lui désobéir équivaut à perdre son job, dans le monde amical des medias et du reste.
Une question que Gilbert Garrel ne traite pas est la suivante: comment la CGT peut-elle se faire entendre quand elle n'a pas d'outil propre d'expression publique ? Cela vaut pour les cheminots comme pour les autres. La CGT, et la gauche en général, se montrent incapables de gérer et de créer des medias qu'ils maîtrisent et qui se font entendre. La situation dramatique de la NVO et de l'Humanité le démontre. Roger Colombier a trouvé le moyen de se faire entendre: il a créé un blog qui a trouvé son public. En témoigne le classement national des blogs politiques. Il devrait appeler Gilbert Garrel et Thierry Le Paon pour les conseiller. La CGT et la gauche en ont grand besoin.