Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Oui, si on en croit l'Humanité et l'Humanité-dimanche, le coprésident du Parti de gauche veut assumer un autre rôle que 
celui qu’il endossait jusqu’alors au Front de gauche dont "l’échec" serait, selon lui, dû aux choix de ses partenaires.

En effet, dans un entretien donné à Hexagones, le candidat du Fg à la présidentielle n'est pas tendre avec ses amis, notamment ceux du PCF "qui qui ont choisi de faire alliance avec le PS aux municipales en fonction du contexte local :Tout ça a été planté pour une poignée de postes (...). Ce que je n’avais pas envisagé, c’est que cette force puisse être étouffée par le poids du retour aux vieilles traditions partidaires, aux arrangements, aux accords électoraux. Jusqu’à ce néant qu’a été l’élection municipale qui a complètement décrédibilisé ce qu’était le Front de gauche".

Naturellement, le Pc se défend de tout électoralisme, chacun appréciera. De même, les petites organisations composant le Fg, comme Ensemble ou la Gauche unitaire, critiquent cette position de l'ancien sénateur et ministre socialiste. Mais combien pèsent-elles dans la balance en forces organisées contre le capitalisme. Et sur quelles bases?

La rentrée politique du 6 septembre s'avère donc brûlante pour les différents groupes du Front de gauche. Mais n'en découlera-t-il pas, comme toujours, de la posture politicienne à des années lumières de la crise à tout point de vue subie par le peuple de France, sans une organisation de lutte des classes appelant un chat un chat et les amis du capitalisme les ennemis du monde du travail, des catégories populaires en particulier.

Surtout, ne croyez pas que je me réjouisse de cet état de fait, car en attendant, le peuple souffre, se résigne dans l'abstention, pire s'enrôle sous les banières brunes de l'extrême droite. Et ça, ce n'est pas bon du tout.

Jean-Luc Mélenchon rend-t-il son tablier?

Commenter cet article