Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est un « état de délabrement jamais vu ailleurs », ont constaté les experts mandatés par les magistrats enquêtant sur l'accident de train qui a fait sept morts et des dizaines de blessés à Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013.
 
 

« PLUS DE DEUX CENTS ANOMALIES »

Ecartant une bonne fois pour toutes l'hypothèse d'un acte de malveillance, les deux experts ferroviaires notent que « le processus ayant abouti à la désagrégation complète de l'assemblage s'est étalé sur plusieurs mois et a concerné l'ensemble de l'appareil de voie incriminé, sur lequel ont été relevées plus de deux cents anomalies de divers degrés de criticité ».

Des anomalies qui, notent-ils, « étaient connues de la SNCF ou de ses agents, sans pour autant qu'il y soit remédié de façon adéquate ».

« Dès 2008, les TJD [traversées-jonction double, autrement dit les aiguillages] de Brétigny-sur-Orge préoccupaient manifestement les ingénieurs de la SNCF », ajoutent-ils. Or le passage de Brétigny-sur-Orge « est connu des services techniques de la SNCF comme une zone à risque et de ce fait classée en zone d'évolution rapide nécessitant le traitement rapide des anomalies ».

Autant de particularités locales négligées par l'entreprise de transport public. Pour les experts, cela « aurait logiquement dû conduire la SNCF à une surveillance accrue, et surtout adaptée ».

 

« RUINE LATENTE »

Le défaut de maintenance apparaît donc évident et a conduit à l'accident, selon MM. Dubernard et Henquenet. Ils expliquent que l'accumulation de négligences a fini par fragiliser une structure extrêmement sollicitée par le passage des trains « pour aboutir à une situation de ruine latente de l'ensemble » .

D'autres endroits de la voie présentaient des dégradations avancées. La maintenance est ainsi mise en cause à la fois dans son cadre et dans son application, les principes qui encadrent son organisation étant, selon le rapport, « volumineux, surabondants, parfois inadaptés, voire contradictoires, donc contre-productifs ».

Atténuant la responsabilité des agents de contrôle, les experts soulignent que les règles de leur travail « sont de toute évidence impossibles à assimiler complètement, et de ce fait à mettre en œuvre sur le terrain de façon cohérente ».

La formation des agents techniques serait par conséquent inadaptée.

 

RFF ET LA SNCF CONTESTENT

Dans un communiqué diffusé dimanche soir, le RFF et la SNCF ont déclaré pour leur part qu'ils « contestaient formellement tout état de délabrement du réseau, à Brétigny comme ailleurs ».

Source: Extraits Le Monde

 

Note de ma pomme: Et ce n'est pas en supprimant des cheminots, en explosant la SNCF en 3 entités distinctes, en décrétant le moins disant social dans les conditions de travail, en externalisant vers le privé des travaux que le gouvernement va résoudre "une situation de ruine latente". C'est contre tout cela que les cheminots grévistes ont lutté.

La réforme ferroviaire capitaliste portée par le patron de la SNCF Guillaume Pépy, approuvée par l'Elysée et votée par les députés socialistes et écologistes, va accentuer les dysfonctionnements qui pourraient impacter la sécurité des circulations.

Accident ferroviaire de Brétigny: des rapports accablants
Accident ferroviaire de Brétigny: des rapports accablants

Commenter cet article

sorcière and co 08/07/2014 20:27

les patrons de la sncf sont responsables de l'insécurité ,du trafic des trains, le gouvernement ne fait rien, les usagers sont muets , seuls les cheminots avec leurs syndicats se battent pour avoir un réseau bien entretenu, messieurs les cheminots par votre rigueur, par votre professionnalisme, par vos grèves, vous êtes pour moi de vrais héros, merci