Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le chef du gouvernement espagnol vient de l'annoncer: sa majesté Juan Carlors 1er va abdiquer au profit de son fils Felipe. Pas pour la démocratie en Espagne, mais pour sauver les meubles du palais royal et le trône qui va avec.

il faut dire que même l'Eglise catholique apostolique et romaine espagnole, faiseuse de dictateurs et de rois, demandait l'abdication du dauphin du dictateur fasciste Franco. C'est dire qu'en Espagne, où cette religion est grosse d'ordres, ça commençait à puer grave pour Jean-Charles premier du nom.

Il était monté sur le trône en novembre 1975, à la mort du dictateur Franco parce que ce dernier, ayant renversé la République par un coup d'état militaire, l'avait choisi pour lui succéder. Les merdias et la "communauté internationale" avaient ensuite salué la "transition de l'Espagne vers la démocratie" qu'il avait initié après la tentative de coup d'état militaire dirigée par un quarteron franquiste. En fait, Juan Carlos ne prit la parole publiquement pour les condamner qu'après avoir pesé le pour et le contre pour ses intérêts personnels. Et non aussitôt comme on le prétend toujours aujourd'hui.

Aujourd'hui dans une Espagne asphyxiée par la rigueur instaurée par le PS au pouvoir, puis par les conservateurs, dans un pays où le chômage est de 26% et 1 jeune sur 2 sans emploi, être logé à l'oeil  avec en plus une rente de 8,3 millions d'euros par an payée par la nation, ça en faisait réfléchir beaucoup. A cela, s'est ajouté le safari en Afrique pour tuer des éléphants, toujours sur le dos de la nation, tout en étant président d'honneur d'une association de protection de la nature et des animaux. Plus sa propre fille soupçonnée d'avoir touché d'énormes pots de vin palpés par son mari. La coupe était bien pleine et l'Eglise le mit carrément en croix, lorsqu'on sut que le très catholique roi d'Espagne allait conter fleurette, sinon plus, hors du domicile conjugal et royal. Olé!

 

Le gouvernement réactionnaire espagnol va donc proposer un amendement à la Contitution "démocratique" du pays, pour que le prince Felipe puisse poser ses fesses sur le trône. Oui, En Espagne "démocratique", l'abdication n'est pas prévue.

Comme n'est pas reconnu le mariage civil de mes grands-parents espagnols. Lorsqu'il a fallu se rendre en Espagne, pour refaire les papiers de ma grand-mère, longtemps après la mort de son mari, ma mère découvrit que mon aieule était toujours considérée comme "mère célibataire de quatre enfants", puisque son mariage, sous le régime de la République, ne fut pas consacré par l'Eglise.

Dès lors, permettez-moi de dire, moi le petit-fils de républicains: Viva la Tercera repùblica española !

Le roi d'Espagne abdique, il y avait le feu sous son cul

Commenter cet article

Lamalice 02/06/2014 15:01

No pasaran!