Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Lu sur la Dépêche du Midi du 14 juin 2014:

"Une cinquantaine de cheminots grévistes étaient hier matin chez la députée de Narbonne Marie-Hélène Fabre. Et c'est dans la rue que les cheminots et la députée ont conversé. «Nous sommes réunis devant la permanence parlementaire de notre députée pour la convaincre de ne pas voter la réforme de la SNCF. Cette réforme est l'éclatement en trois entités, la poursuite de la séparation des activités, la remise en cause des acquis sociaux. Pire, les amendements ne font qu'aggraver le contenu du projet. L'anticipation de la réforme a déjà eu comme conséquence sur le site de Narbonne, la suppression d'une centaine d'emplois lors des trois dernières années, ce qui équivaut à la fermeture de plusieurs PME». Pour Marie-Hélène Fabre : «Il m'est difficile de prendre aujourd'hui position en l'état actuel des négociations et des amendements à venir que je ne connais pas». Une voix demande la démission de Pépy, président de la SNCF. «La présidence de Pépy peut être remise en cause. Je le remonterai», conclut la députée. Les grévistes sont allés ensuite bloquer la gare SNCF de 9 heures à 10 h 30 comme ce fut le cas à Béziers et Sète. L'AG qui a suivi a reconduit le mouvement social pour une nouvelle période de vingt-quatre heures."

La députée Ps de Narbonne pas au courant de la réforme ferroviaire pondue par l'Elysée

Note de ma pomme: 4e de gauche (pas fait exprés), la députée PS de Narbonne qui a reçu les cheminots grévistes sur le trottoir.

J'ai mis en rouge ce que la représentante socialiste de la nation dans la circonscription de Narbonne connait de la réforme ferroviaire pondue par l'Elysée et Bruxelles. Elle rigole où elle était en train de préparer le bac pour ne rien savoir du tout?

Roger Colombier né 11 rue Violet-le-duc à Narbonne, cheminots retraité CGT à Mantes-la-Jolie. Oui, parce que le boulot ne courait pas les rues de Narbonne en 1970 et qu'il y court encore moins, toujours à cause de la politique droitière des gouvernements en place.

Commenter cet article