Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'équipe de foot du Pakistan, classée 159e, ne sera pas du Mondial brésilien. Par contre, des ouvrières pakistanaises vont y participer.

Comment ça? Ben oui, elles ont fabriqué tous les ballons ronds fournis par Adidas à cette grand-messe du foot. Lequel Adidas a fait bosser Forward Sports, un sous traitant qui, son nom ne l'indique pas, exploite et sous rénumère des petites mains à Sialkot, dans l’est du Pakistan.

Il était une fois, Adidas en Allemagne

Naturellement, le pdg affirme que tous ses prolétaires sont majeures et possèdent une carte d'identité. Bon, c'est bêta, l'Inspection du travail balbutie drôlement en ce pays allié de la libre Amérique et de la communauté internationale. Il serait bêta d'aller chercher des poux chez Forward Sports. Surtout, ce sous traitant d'Adidas fabrique des ballons depuis le milieu des années 1990. De la Ligue 1 française, à la Bundesliga allemande en passant par la Ligue des Champions. C'est dire si Forward Sports est clean.

Combien sont rémunérées les ouvrières pakistanaises? Masood Akhtar, leur big boss: un salaire légèrement supérieur au salaire minimum pakistanais, soit 100 dollars mensuels et 48h de travail hebdomadaire. On n'ira pas vérifier. Adidas, lui, facture le balloon de foot 160 dollars pièce, soit 140 euros. Faites la différence...

 

Mais laissons l'éthique sportive en ce qui concerne le football et revenons à l'histoire d'Adidas, un marchand de godasses au départ, pile poil en Allemagne. Mon camarade Canaille le Rouge vous situe la société:

En 1924, les frères Adolf et Rudolf Dassler fondèrent l'entreprise Schuhfabrik Gebrueder Dassler (fabrique de chaussures des frères Dassler) à Herzogenaurach près deNuremberg. Ils en étaient propriétaires, chacun pour moitié, et la géraient ensemble.

Adolf créait les chaussures et organisait leur fabrication. Rudolf les vendait dans toute l'Allemagne et réussissait même à les exporter. Leur entreprise était florissante. Alors qu'Adolf Hitler arrive au pouvoir, ils rejoignent le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Puis vient la Seconde Guerre mondiale. Bien que quadragénaires, les frères Dassler sont mobilisés et obligés de s'éloigner de leur entreprise.

Pendant la guerre, la gestion de l'entreprise échoit alors à leurs épouses respectives. De statut d'épouses, elles passent ainsi au statut de cogérantes. Pendant cette période, l'entreprise ne doit son salut qu'aux commandes de l'armée allemande (chaussures et bottes pour les soldats)[réf. nécessaire]. En 1945, lorsque les frères Dassler reviennent à Herzogenaurach, il est devenu impossible de réconcilier les deux femmes. Par ailleurs, Rudi, un ardent nazi, est soupçonné au moment où il se voit fait prisonnier par les Alliés (les Américains), d'être un SS. Ce n'est autre qu'Adi qui aurait donné ces informations aux Américains. Les deux frères décident donc par la suite de liquider l'entrepriseSchuhfabrik Gebrueder Dassler et de la partager en deux parties égales. Ils font construire des cloisons pour diviser les locaux et se partagent les machines.

Avec son surnom, « Adi », et la première syllabe de son nom de famille, « Das », Adolf crée l'entreprise qui portera officiellement le nom d'Adidas AG à partir du 18 août 1949, 

 

Puisque crée en 1949, Adidas n'a jamais été nazi. Elémentaire non ? allez, circulez!

Mais ses fondateurs ? 

Pas fini La Canaille avec vos questions stupides ?

le-grand-capital-allemand-et-le-III-ème-reich, Audi-a-exploite-35-000-esclaves-des-camps-de-concentration-jusqu'à-la-mort/

En exergue, cette idée portée par Brecht: "celui qui veut combattre le fascisme, sans mettre en cause le rôle joué par le Capital, se condamne à ne pas le vaincre"

Lisez donc ces p@ges et faites les partager c'est une tâche essentielle.

Commenter cet article