Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La grève

Le silence roule sur des rails orphelins

Et nulle part ne s’amorce l’onde sauvage.

L’horloge du quai tourne tel un vieux moulin,

Désemparée est la gare sans arrivage.

Certains prennent ces moments pour un jour mauvais,

Ils en pépient tel l’oisillon dans son duvet.

Que peuvent-ils faire d’autre, pleurer peut-être

Et implorer encore le secours des maîtres

Devant ces brigands rendus conquérants et fiers

Qui ont stoppé sur-le-champ les chemins de fer ?

 

La grève lancée, l’heure n’est plus à la peine

Mais comme un rêve errant dans la brume incertaine.

Puis, dans le regard de chacun comme un brasier,

Pour vaincre, dans les cœurs, la force de l’acier.

Contre l'adversité, on se rassemble, on s’aime,

Égaux, tel que le plus petit n’est plus lui-même.

 

Mais un matin, le rail, recouvrant son ardeur,

Remplira l’espace vide de sa grandeur,

Vous, cheminots, de votre voix haute et constante,

Entrerez d’un pas fort dans la maison dormante.

Demain, un autre jour plus grand qu’un champ de blé,

Vous reprendrez aux voleurs vos instants volés.

 

Roger Colombier, cheminot retraité, ancien dirigeant CGT au dépôt de Mantes-la-Jolie et toujours syndiqué à la CGT

Honneur aux travailleurs du rail

Naturellement, ce sont les Assemblées générales des cheminots qui décident de la poursuite ou pas du mouvement. Surtout pas quelqu'un à la tête d'une quelconque confédération ou un député s'arrogeant le pouvoir de décider ce qui est bon pour le service public qu'est le rail français. En ce qui concerne la CGT, sa fédération des cheminots a avec détermination mis les pendules à l'heure sur un prétendu "tournant" dans la grève.

Ceci dit, de plus en plus d'AG votent la fin de la grève. Les cheminots n'ont pas obtenu le report du débat parlementaire et les modifications à la marge du projet antisocial sont mineures. Et surtout pas un "tournant" contre cette réforme initiée par l'UE capitaliste et le palais de l'Elysée. Il n'y a qu'à lire pour s'en convaincre les débats qui se sont déroulés à l'Assemblée nationale sur son site. Ce n'est pas peu dire que la lutte des classes, celle des exploités contre le capital et ses laquais, a été à des années lumières dans les propos des représentants de la nation.

D'un autre côté, sa grandeur François 2, sa cour, ses alliés du patronat et tout le PS sans exception, avec des médias rangés en rangs d'oignon au garde à vous pour tranmettre leurs ordres, ont toutt enté contre les grévistes: discours à foison anti-grévistes, sondages et micro trottoirs toujours dirigés contre les salopards de nantis preneurs d'otages, experts économiques de la pensée unique, chantage au baccalauréat, etc.

Mais même si la lutte semble se terminer, l'exaspération des grévistes ne s'est pas éteinte comme un feu de paille. Les cheminots grévistes, mais au-delà toute la corporation du rail, seront attentifs au vote solennel des parlementaires le 24 juin.

Quel sera le bulletin de vote de ces parlementaires socialistes frondeurs sur cette réforme ferroviaire à la sauce du grand capital? Quel sera le bulletin de vote de ceux qui se prétendent à l'écoute des mouvements sociaux?

 

Députés et sénateurs, votre vote révèlera de quel côté de la barricade vous êtes : avec les travailleurs du rail ou contre eux.

Honneur aux travailleurs du rail

Commenter cet article