Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Bygmalion, selon son site, possède un "savoir-faire : construire, gérer, protéger et valoriserl'image des personnes et des marques". Ben mon colon!

Bon redevenons sérieux. La société Bygmalion, dirigée par des potes à Jean-François Copé hier encore big chef de l'Ump, a bossé grave pour Sarkozy candidat de l'Ump à sa réélection sur le trône de l'Elysée. Elle est dans le viseur de la justice. Mais, comme disent les hors-sols emmerdés quelque peu par quelques affaires de gros sous pas très propres, laissons la justice agir. Sous entendu, des fois qu'elle prenne tout son temps et que du merdier se soit dissipé totalement de la déchetterie.

Au feu Sarkozy, il y a l'Ump qui brûle... (air bien connu)

Mediapart vient de publier la comptabilité de Bygmalion: le candidat Sarkozy a dissimulé presque 17 millions d’euros de frais de campagne en 2012. Contenue dans une clef USB, cette comptabilité a été récupérée par la police judiciaire. Et Mediapart écrit :"C’est le premier élément matériel qui prouve le trucage massif des comptes de l’ancien président de la République."

Cette fameuse clef USB contient une double facturation pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy. Alors que l’ex-candidat-Président a officiellement réglé 4,3 millions d’euros à Event & Cie, filiale de Bygmalion, pour l’organisation de ses 44 meetings, il a en fait dépensé pour 21,2 millions d’euros (17,7 millions hors taxe) auprès de cette société fondée par deux proches de Jean-François Copé, Bastien Millot et Guy Alves.

Jérôme Lavrilleux, ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et jusqu'à peu directeur de cabinet de Jean-François Copé a été mis en garde à vue. Jérôme Lavrilleux est député européen Ump depuis peu. A cause de l'immunité parlementaire?

Il existe une commission de hors-sol dit Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), un machin chose chargé de vérifier qu'on lave plus blanc que blanc. Mais dit son président François Logerot dans Les Echos« Nous n'avons pas accès aux factures des partis, dont les comptes sont vérifiés globalement ».

 

Moralité: euh...

Commenter cet article