Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le Télégrame dans son édition du 29 mai révèle  un "rapport original de 179 pages, confidentiel" de la Cour des comptes, rendu en juillet 2013, soit sept mois avant la publication du rapport global rendu publiquement par l'institution en février 2014. 

Et dans cette dernière version, la Cour des comptes a réduit le volet sur la sécurité alimentaire à 25 pages en oubliant de dire la vérité aux consommateurs sur les produits premiers prix. Ben oui, c'est plus facile de taper sur les facilités de circulatioins attribués aux cheminots, que de s'attaquer aux majors de l'Alimentaire. Là-dessus, Didier Migaud, président socialiste de la Cour des comptes est en osmose avec le palais de l'Elysée.

 

La Cour des comptes déplore toutefois le manque de transparence dans le secteur et, au-delà des produits premiers prix, de la rareté des contrôles. Or, écrit Le Télégramme, les enquêteurs de la Cour des comptes cachent des failles importantes qui auraient dû être connues du grand public. Un exemple: "Des viandes grises-verdâtres impropres à la consommation humaine dans des charcuteries, moisissures, souris vivantes ou mortes, excréments de souris dans des étuves à chorizo".

 Ce que confirme le Syndicat national des inspecteurs en santé publique sanitaire interrogé par Le Télégramme:"Un établissement de remise directe (boucherie, restaurant, centre commercial...) sera en moyenne contrôlé trois fois au cours d'un siècle". Brr!

 

Au fait, combien sont-ils ces fonctionnaires du ministère de l'Agriculture dirigé par le camarade à Didier Migaud, Stéphane Le Foll: 10 temps plein sur tout le territoire national. Quand à l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, il y a 70 gendarmes. Et pour la Direction de la répression des fraudes, côté effectif, c'est aussi période de vaches maigres, si j'ose dire.

Du côté des procureurs sous les ordres de la camarade Christiane Taubira, lorsqu'un rapport tombe (par hasard vraiment), sous leurs yeux, la Cour des comptes déplore que les parquets « hésitent souvent à engager des procédures pénales, et renvoient les services vers des suites administratives ».

 

Bref, pour beaucoup de produits premiers prix, c'est de la merde et ça le restera. Pourquoi? La Cour des Comptes de Didier Migaud ne demande pas d'augmenter le nombre de fonctionnaires ni de gendarmes d'ailleurs.

Ben non, Bruxelles ne serait pas contente. On a trop de fainéants de ce type en Gaule, comme diraient aussi les brun marine.

Produits premiers prix: de la m.... et ça le restera

Commenter cet article