Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Sous l'occupation allemande, le régime collaborationniste du maréchal Pétain dissout les conseils municipaux en place, pour les remplacer par des organismes désignés par ses soins.

Ainsi à Mantes-la-Ville, un certain nombre de grands patrons de la région vont administrer la commune sans rechigner. Ce n'est pas un hasard. Le patronat français, avant la guerre, avait déclaré préférer "Hitler plutôt que le Front populaire".

 

Première décision administrative du conseil municipal pétainiste: débaptiser certaines rues à résonance trop révolutionnaire comme la rue Robespierre ou Karl Marx, ou rappelant le Front populaire comme la rue Roger Salengro, ministre socialiste que la calomnie extrême poussa au suicide. il va en être de même pour la rue Louise Michel (la vierge rouge de la Commune de Paris). Ou l'artère célébrant la mémoire de Camélinat, de son prénom zéphyrin. Celui-ci est moins connu que Louise Michel.

Pourtant, le conseil pétainiste de Mantes-la-ville sait à qui il a affaire.

Ouvrier fondeur et ciseleur, Zéphyrin Camélinat a été le directeur de la Monnaie de la Commune de Paris. Exilé à Londres en 1871, gracié en 1879, il est élu député socialiste de Paris de 1885 à 1889. Il adhère au PCF en 1920 à son congrès fondateur de Tours. Trésorier de la SFIO, il transmet les actions du journal l'Humanité au PCF qui en fait son organe de presse. Il sera le premier candidat communiste à une élection présidentielle, celle de 1924.

La rue Francisco Ferrer est aussi débaptisée. Elle rendait hommage au grand pédagogue espagnol, libertaire et franc-maçon, condamné arbitrairement et fusillé par un peloton d'exécution militaire, en 1909, dans l'Espagne d'Alphonse XIII.

 

Le maire nommé par Vichy est un entrepreneur M. Geneste. Ses adjoints sont Henri Lefèvre-Selmer patron de la lutherie Selmer, Henri Dolnet patron de la lutherie Dolnet. Dans le conseil municipal aux ordres, vont siéger: Jacques Le Blan patron de la filature Le Blan, Edouard Coudant directeur des Ciments français, Henri Brigand et Hoche Caillé cadres dirigeants à la CIMT.

M. Latreil, directeur de La Cellophane n'est pas dans cette barque. Mais lorsque 120 de ses ouvriers sont requis par le STO pour un complexe chimique allemand, il écrit à chacun une lettre. Extrait: "Partez donc rassuré, en confiance. Dites-vous que vous allez avoir de nouvelles usines, d'autres méthodes de travail, qu'en un mot vous allez vous perfectionner dans votre métier."

Après la libération, apprenant que ce dernier connaît une bonne situation à Paris et que son directeur commercial, M. Froment, a "une place enviable à l'usine d'Arcq-la-Bataille", la CGT de la Cellophane de Mantes-la-Ville provoque une grève de 10 minutes et pétitionne pour que les deux hommes soient jugés.

 

Aujourd'hui, l'extrême droite dirige la mairie de Mantes-la-Ville, l'année où se célèbrera le 70e anniversaire de la libération du Mantois par les soldats américains et la Résistance française.

Si on célèbre, en ce 8 mai, la capitulation sans conditions de l'Allemagne nazie et en août, la libération de la France, n'occultons pas comment Hitler est arrivé au pouvoir, avec le soutien actif du patronat allemand.

N'occultons pas plus comment ont été trahis les idéaux de paix et de solidarité du Front populaire en France, par le pouvoir socialiste de l'époque laissant assassiner sa soeur d'Espagne par le fascisme soutenu par les finances et les armées hitlériennes et mussoliniennes. N'oublions jamais le célébre "Hitler plutôt que le Front populaire" des patrons français. Enfin, l'Espagne républicaine pas encore morte, le gouvernement français nomme un ambassadeur auprès du général factieux Franco: Philippe Pétain en personne.

Philippe Pétain, qui, par un coup d'état, renverse la République et fonde l'Etat français dont il en devient le "Chef", dès le 10 juillet 1940. Chef avait pour synonyme Caudillo en Espagne pour Franco, Fürher en Allemagne pour Hitler ou Duce en Italie pour Mussolini.

Rencontre de Montoire entre Hitler et Pétain. 24 octobre 1940

Commenter cet article

sorcière and co 08/05/2014 20:12

l'histoire ne se répète pas, mais les mêmes causes ont souvent les mêmes effets, soyons donc attentifs et prêts à intervenir pour que ce monde change d'approche, et s'occupe enfin du peuple et de son avenir