Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'association Générations futures a publié le 29 avril une étude sur l'exposition des enfants aux pesticides perturbateurs endocriniens. Ces substances chimiques sont capables de modifier le fonctionnement hormonal et d'affecter les organismes à des doses très faibles, spécifiquement lors du stade fœtal ou de la petite enfance.
 
L'enquête

L'association a fait prélever des mèches de cheveux sur 30 enfants scolarisés et vivant dans des zones de cultures céréalières, maraîchères, viticoles, arboricoles ou en ville.

Un tiers des enfants étaient scolarisés à moins de 50 mètres d'une zone agricole pulvérisée. Pour les 70 % restants, l'école est située à moins de 1 kilomètre.

63% des enfants ont leur résidence principale à moins de 50 mètres d'une zone pulvérisée. Les 36 % restants se situent à moins de 200 mètres.

Par ailleurs, 14 % des enfants ont reçu un traitement antipoux. De même, 26,6 % ont été exposés à des insecticides ménagers, antipuces pour animaux dans les trois mois précédents le prélèvement. Enfin, 98% des parents ne travaillent pas dans un secteur nécessitant la manipulation de pesticides. Pourtant, l'analyse des mèches montrent que 80% des enfants auraient été exposés à des pulvérisations de pesticides agricoles avant les prélèvements (réalisés entre octobre et décembre 2013).

 

Résultat de l'analyse: 624 RÉSIDUS DE PESTICIDES SUR 29 ECHANTILLONS

Soit une moyenne de 21,52 résidus par échantillons. Au total, 13 substances interdites dans l'agriculture retrouvées dans les cheveux de ces enfants. En moyenne, un taux de 640 picogrammes de matières actives par milligramme de cheveux a été relevé.

 

Des médecins contre les pesticides

Ils sont 5, les Drs Pierre-Michel Perrinaud, Joseph Mazé, Michel Nicolle, Frédérique Sarazin et la pédiatre Josiane Pelage. Ils ne veulent plus "se contenter de soigner des lymphomes. Nous voulons quitter la stricte logique du soin." Et donc de s'attaquer aux dangers provoqués par les pesticides agricoles. Plus de 1200 confrères ont signé leur pétition pour l'interdiction des pesticides début 2014.

Les cinq médecins ne s’en cachent pas : ils veulent profiter de la discussion de la loi d’orientation agricole en cours pour tenter de faire passer des amendements et entendent surfer sur la campagne des élections européennes pour alerter l’opinion. Leurs 10 propositions demandent notamment de créer des nouveaux tableaux de maladies professionnelles pour les agriculteurs qui font usage des pesticides. Ils veulent aussi que soient multipliés les contrôles en zones maraichères ou d’arboriculture et interdire les dérogations aux épandages aériens encore accordées en France et bannir les pesticides des zones non agricoles.

Les ministres socialistes de l'Agriculture, de l'Ecologie et de la Santé, les entendront-ils?

Sources: Le Monde.fr et le Généraliste.fr

 

Oui, l'Elysée écoutera-t-il les voix de la sagesse? Parce que le capitalisme en agriculture c'est aussi ça:

Et qu'on ne s'y trompe pas, le mot "sanitaire" en capitalisme veut dire profit!

 

Commenter cet article