Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Martin Hirsch a été le président d'Emmaüs de 2002 à 2007. Il démissione de cette organisation caritative pour entrer dans le gouvernement des riches et du patronat, sous Nicolas Sarkozy, comme Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté jusqu'en 2010, justement au service d'une politique qui crée de la pauvreté. Nicolas 1er le nomme ensuite président de l'Agence du service civique. Preuve, s'il en fallait, des liens étroits entre les deux hommes. En novembre 2013, François II l'adoube patron de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris. En clair, mais si je me trompais dites-le-moi, pour diriger l'austérité mise en place par l'Elysée au sein des établissements parisiens de santé publique.
 
Dernièrement, un prince saoudien réserve et fait aménager 9 chambres de l'Hôpital ambroise-Paré du 8 au 14 mai. Il va s'y faire soigner entouré de toute sa garde rapprochée.

Cet accueil « n'a pas été fait au détriment de malades français », assure Martin Hirsch.

« J'assume ce côté 'Robin des bois': à un moment où nous avons besoin de tous les moyens pour soigner les plus modestes (...) gagner de l'argent sur ces patients qui en ont les moyens, cela ne me choque pas », déclare-t-il en affirmant que ça pourrait rapporter 8 millions d'euros.

Du fric... En fait, le Journal du Dimanche soulève un lièvre. Et ce journal n'est pas du genre brûlot révolutionnaire. Pour autant, il avance que les riches patients étrangers ne payent pas toujours rubis sur l'ongle. En 2012, ils auraient laissé une ardoise de plus de 90 millions d'euros!

Seulement une petite partie des créances a pu être récupérée, concède Martin Hirsch en rangeant ses flêches dans son carquois. Ben oui, mesdames et messieurs, on va tout de même déclarer la guerre aux riches patients étrangers choyés dans notre service public. Il vaut mieux taper sur les pauvres en France, ils sont plus nombreux.

Commenter cet article