Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Un groupe d'intermittents a réussi à entrer sur le plateau du journal de 20h de France 2 et entourer le présentateur David Pujadas qui au retour magnéto d'un sujet sur le tremblement de terre dans le sud de la France a alors indiqué que le journal ne pouvait pas continuer et qu'il rendait l'antenne sous les huées du groupe qui n'a donc pas eu la possibilité de s'exprimer pendant que le réalisateur a fait en sorte en passant sur un plan large que les slogans inscrits sur les pancartes ne soient pas lisibles.

La chaine a alors diffusé en boucle pendant plusieurs minutes une vidéo de promotion de ses programmes.

Intermittents et précaires : Interruption du journal de france 2

David Pujadas semble content d'avoir de la visite, mais pourquoi leur couper la parole ?

Le JT de France 2 a été  interrompu.

 

 

 

Ce qui aurait dû être lu au journal de France 2:

Nous sommes intermittents, chômeurs, précaires.
Nous sommes ici parce que les négociations sur le régime d'assurance chômage se sont faites sans nous et contre nous. Nous refusons cet accord conclu entre les organisations patronales et la CFDT, CFTC, FO. Nous ne sommes pas dupes et nous sommes en colère : imposé par le MEDEF, cet accord nous affaiblit tous. Le gouvernement ne doit pas laisser passer cet accord, il doit refuser l’agrément maintenant.

Quand la pauvreté touche plus de 9 millions de personnes,
Quand 80 % des embauches se font en contrats courts,
Quand un chômeur sur deux n'est pas indemnisé,
Le vrai scandale est de s’attaquer aux droits sociaux en faisant payer les plus précaires. Sous des prétextes fallacieux et sans débat contradictoire, c’est toute la protection sociale mutualiste qui est visée.
Nous demandons une réforme complète de l'Unedic, de son fonctionnement, de sa représentativité, de son financement afin que tous les chômeurs bénéficient d'une indemnisation adaptée.

Nous refusons de payer deux fois cette crise idéologique. Nous voyons la vie autrement, nous voulons vivre dignement.

Les salariés intérimaires et les intermittents dont l'emploi est par nature discontinu et précaire, sont plus que jamais attaqués par cette nouvelle convention. Leur mobilisation se renforce de jour en jour pour demander la renégociation de cet accord. Les festivals approchent. Il n’est pas trop tard.
Le vaste mouvement des précaires et intermittents qui grandit depuis 11 ans a fait émergé des propositions adaptées et justes, en partie portées par le comité de suivi à l'Assemblée Nationale. Nous demandons qu'elles soient enfin prises en compte, aujourd’hui.

Nous avons des propositions. Nous ne voulons pas vivre comme des esclaves. Nous voulons du temps pour penser et travailler d’autres mondes que celui de la concurrence de tous contre tous.

CONTRE LA CULTURE DE LA PEUR ET DE LA DETTE, nous appelons tous les intermittents, intérimaires, chômeurs, précaires, salariés, à se réunir partout et à occuper l'espace public.
Nous marcherons ce samedi 12 avril contre l’austérité et pour gagner de nouveaux droits sociaux.
Nous saluons Franck de Bourgogne, intermittent, précaire en grève de la faim depuis 30 jours.
Nous soutenons les lycéens et les travailleurs sans papiers, les postiers en grève depuis janvier.

Intermittents, intérimaires, chômeurs, précaires, salariés, avec ou sans papiers.
Ce que nous proposons, nous concerne tous.
Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Source: le blog de caraoléone

Commenter cet article