Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Après douze jours de grève, la plupart des salariés d’une usine géante de chaussures de sport ont repris le travail ce samedi dans la province du Guangdong. Leur employeur, le groupe taïwanais Yue Yuen, fournit les grandes marques comme Nike ou Adidas. Il a cédé aux revendications des grévistes qui l’accusent de ne pas verser dans leur intégralité les cotisations sociales.

Pendant douze longs jours, rien ou presque n’est sorti de l’usine Yue Yuen de Dongguan qui compte 40 000 salariés. Le gouvernement chinois a finalement dit « stop ». Il a ordonné hier, vendredi, à l’entreprise de céder. Le Taïwanais s’est engagé à rattraper les contributions sociales impayées à compter du mois prochain.

Depuis des années, le premier fabricant mondial de chaussures de sport ne versait pas la totalité des cotisations retraite. Il n’alimentait pas non plus le fonds de prévoyance logement. Or les ouvriers chinois sont mieux informés qu’avant sur leurs droits, grâce à l’action d’associations sur le terrain. Et depuis les grèves de 2010, qui ont débouché sur des augmentations de salaire, ils savent qu’arrêter le travail peut changer les choses.

Avec ce mouvement de contestation, Yue Yuen annonce avoir perdu près de 20 millions d’euros. Adidas a transféré une partie de ses commandes chez un concurrent. Et c’est justement ce que redoutent les autorités : la multiplication des grèves et le départ de Chine des grandes enseignes mondiales.

Source: RFI par sa correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

 

Note de ma pomme: mon article du 20 avril 2014 à ce sujet...

Nike, Adidas, Converse, Reebok, Asics... combien vous chaussez pour être à la mode de chez nous?

Si vous ne le saviez pas, ces chaussures de sport à la mode sont fabriquées dans la plus grande usine de fabrication du monde: l'usine de Yue Yuen, à Dongguan, en Chine. 40 000 ouvriers travaillent pour Yue Yuen qui n'est pas une société chinoise mais taïwanaise. la Chine et Taïwan sont deux ennemis héréditaires dit-on, mais pas pour le business.

 

Bref, Les trois quarts des travailleurs chinois de Yue Yuen sont en grève depuis deux semaines, soit 30000 grévistes. Ils réclament une augmentation de salaire. Oui, par la télé satellitaire, ils savent combien sont vendus à l'étranger les godasses qu'ils fabriquent en suant sang et eau. Ils réclament aussi que le Taïwanais Yue Yuen paie ses cotisations patronales. En effet, ne les honorant pas, les prolétaires chinois sont exclus de l'assurance maladie ou des accidents du travail par exemple.

Comme la grève s'éternise et que les chaussures commencent à manquer à la vente, Nike a eu une idée. Capitaliste bien sûr: que Yue Yuen paye l'intégralité des cotisations sociales dues, mais en prenant l'argent sur le salaire net des ouvriers.

Du coup, les ouvriers chinois sont descendus dans la rue pour manifester. Mais la police de Pékin était là pour les tabasser.

 

Merde, défendre le groupe Taïwanais Yue Yuen qui déclare un chiffre d'affaires de 7,5 milliards de dollars en 2013?

Commenter cet article

aline 29/04/2014 10:13

pas besoin de Nike, Adidas et consoeurs, made taiwain ou chine, pour botter le derrière de ces gros capitalistes suceurs de vies, des va-nu-pieds de chez nous peut l'ont déjà démontré. Aline