Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par caroleone

Cet article est reposté depuis coco Magnanville.

Chansons reprises : Where have all the flowers gone

Cette chanson es un hymne pacifiste qui met en évidence l’absurdité des guerres.

Son thème universel la rendra célèbre au niveau international.

Ecrite et mise en musique par Pete Seeger en 1956 pour les trois premiers versets, d'autres versets seront ajoutés en 1960 par Joe Hickerson.

En 2010, le New Statesman classe la chanson dans le TOP 20 des chansons politiques.

De nombreux chanteurs folks qui gravitent autour de Pete Seeger la reprendront.

En France également des chanteurs s'en inspireront.

Paroles en français prises sur le site de l'histgéo.box

*******

Que sont devenues les fleurs du temps qui passe?
Que sont devenues les fleurs du temps passé?
Les filles les ont coupé elles en ont fait des bouquets.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

Que sont devenues les filles du temps qui passe?
Que sont devenues les filles du temps passé?
Elles ont donné leur bouquet aux gars qu'elles rencontraient.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

Que sont devenus les gars du temps qui passe?
Que sont devenus les gars du temps passé?
Ils portent tous l'uniforme.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

Que sont devenus les soldats du temps qui passe?
que sont devenus les gars du temps passé?
Que sont devenus les soldats?
Ils sont tous dans des cimetières.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

Que sont devenus les cimetières du temps qui passe?
Que sont devenus les cimetières du temps passé?
Que sont devenus les cimetières?
Ils sont tous couverts de fleurs, tous.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

Que sont devenues les fleurs du temps qui passe?
Que sont devenues les fleurs du temps passé?
Sur les tombes elles ont poussé d'autres filles vont les couper.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais?

 

 

********

Une version française ? Celle de Francis Lemarque

Commenter cet article