Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Lafayette, nous voilà", cette phrase prononcée le 4 juillet 1917 par le colonel Charles E. Stanton, devant la tombe du marquis de Lafayette, est sensée symboliser l'amitié prévalant entre Américains et Français. Les troupes US débarquant en France était le juste retour de l'aide française apportée lors de la Guerre d'indépendance outre-Atlantique contre les Anglais.

Pour autant, si l'arrivée des soldats américains va fortement aider les Alliés, il ne faut pas imaginer les USA du côté du bien pour combattre le mal, comme on le laisse entendre ici ou là. Les USA ne déclarent la guerre que le 6 avril 1917.

Forcé: le blocus naval, imposé d'un côté par la Grande-Bretagne de l'autre par l'Allemagne, empêche les marchandises US d'atteindre l'Europe. Les uns comme les autres entravant la marche des cargos naviguant sous pavillon neutre, tels ceux des USA.

Lors de la déclaration de guerre du 3 août 1914, les USA, par leur président Woodrow Wilson, adopte une stricte neutralité: pour commercer avec les divers belligérants et peser sur l'avenir du monde après la guerre. ils doivent aussi tenir compte de la population américaine.

En 1910, sur 92,5 millions d'Américains, plus de 13 millions sont nés à l'étranger dont l'extrême majorité est européenne. Et ceux nés en Amérique sont de souche italienne, irlandaise, allemande, juive, comme de l'Europe de l'est. Les descendants des premiers Américains ont encore en tête la Guerre d'indépendance contre l'empire colonial britannique. Les Irlandais sont haineux contre les Anglais qui occupent leur île ancestrale. Les juifs ont fui les pogroms de Russie. Les Allemands et les Autrichiens (6 400 000) restent favorables aux empires centraux. Quant à la colonie italienne, la mère-patrie n'étant pas encore dans le conflit, elle est neutre...

De ce fait, au début de la Grande Guerre, les USA doivent maintenir l'unité nationale d'un pays dont un habitant sur 4 est né à l'étranger ou de parents originaires des deux blocs antagonistes.

Mais le capitalisme américain va bientôt parler d'une "race anglo-saxonne" et pourquoi ne pas commercer davantage, au nom de ce principe, entre la vieille métropole coloniale et la libre Amérique unies de plus par la même langue. Et par ricochet avec l'allié de la Grande-Bretagne: la France. De ce fait, les USA vont devenir les créanciers du Royaume-uni et de notre pays. Et l'Amérique va exporter plus vers eux que vers l'Allemagne. Non que ses agriculteurs et ses industriels ne veulent plus vendre au Kaiser allemand, mais la flotte britannique va disposer de la suprématie militaire sur les flots et fermer à Berlin la route de l'Amérique.

En novembre 1916, Le président Wilson est réélu, toujours sur une politique de neutralité dans le premier conflit mondial. Mais les dés sont jetés, ce ne sont bientôt plus les citoyens qui gouvernent, mais bien les intérêts capitalistes américains.

 

Prise à la gorge, l'Allemagne déclare alors, le 4 février 1915, le pourtour des îles britanniques zone de guerre: ses sous-marins torpilleront tout navire. Le 7 mai 1915, le Lusitania est coulé avec 1 198 passagers dont 128 Américains. Malgré une opinion américaine sincèrement bouleversée, ce paquebot étant britannique et le commerce maritime se poursuivant avec la Turquie et la Bulgarie sans anicroche pourtant alliées des Allemands, l'Amérique ne déclare pas la guerre.

Mais l'asphyxie économique de l'Allemagne se poursuit. Le 31 juillet 1917, le Kaiser décrète "la guerre sous-marine à outrance". Seul un navire neutre, portant des rayures blanches et rouges, aura droit de traverser l'Atlantique une fois par semaine.

Les stocks s'accumulent dans les ports américains et les USA arment leurs cargos en mars 1917. Le 19, les Allemands coulent le Viligentia. De plus, l'Allemagne essaie d'entrainer le Mexique dans le conflit en lui promettant de récupérer ses territoires perdus lors de sa guerre avec les USA. Le message est intercepté par la Grande-Bretagne qui le transmet au gouvernement US. La guerre est déclarée avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, sauf avec l'Empire Ottoman et la Bulgarie.

Un premier contingent de 177 soldat US débarquent à Boulogne-sur-mer, le  13 juin 1917, sous les vivats de la population française. Ils seront 2 millions un an plus tard.

File:Body of the Unknown Soldier being loaded on a train in France.jpg

Rapatriement du soldat inconnu américain en 1921

 

126 000 soldats américains moururent et 234 300 furent blessés. 4 536 sont toujours portés disparus.

Mais les USA sont devenus la première puissance économique du monde.

Commenter cet article

Dubant 12/04/2014 16:06

Excellente analyse, à laquelle j'ajouterai un point. Depuis fin 1914 et la défaite russe à Tannenberg, en Prusse orientale, les armées du tsar Nicolas II sont mal commandées et mal équipées. Les désertions se multiplient et dès 1916, l'armistice germano-russe de fin 1917 est prévisible au détriment de Saint-Pétersbourg. Les Allemands pourraient donc reporter l'essentiel de leurs forces de l'Est sur le front franco-belge, ce qu'ils feront d'ailleurs début 1918. Dès lors, sans aide extérieure, l'issue de la guerre devient dramatique pour les Franco-Britanniques. Si Berlin gagne, c'est une catastrophe pour les Américains. Non seulement leur commerce vers l'Europe se fait majoritairement avec les Alliés, mais l'industrie allemande est leur plus redoutable concurrente mondiale. Les États-Unis gagneront sur les deux tableaux, puisque la défaite de l'Allemagne leur permettra de s'implanter durablement, politiquement et économiquement en Europe, mais qu'ils factureront des "indemnités de guerre" exorbitantes à la France et à la Grande-Bretagne, pour des fournitures surfacturées pendant le conflit. Le litige aec le gouvernement français durera jusqu'au début de la 2 guerre mondiale, où Roosevelt attendra d'être attaqué à Pearl Harbour par les Japonais le 7 décembre 1941 pour se découvrir une fibre antinazie.