Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Canaille Lerouge

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Quand les barons du PS

se taillent leur fief

à la mode

des Rohan

et Sévigné

social libéral et socialo-monarchiste, sécessionniste , voila le PS de 2014

social libéral et socialo-monarchiste, sécessionniste , voila le PS de 2014

C'est dans le Télégramme de Brest (.fr) de ce dimanche .

 

Un des crânes d'oeuf du PS, Urvoas, avance à bride abattue pour faire exploser l'unité politique et territoriale de la France en supprimant les départements simultanément à la concentration-élimination des communes.

 

Un duché de haute Bretagne, un pour la basse et des communautés de communes pour revenir au paroisses de 1788.

 

Les communes dès lors ne restant plus que des gestionnaires d'état civil et de places de cimetière, la fermeture des maternités que le gouvernement poursuit et les crémations intercommunales limitant leurs prérogatives.

 

Dans le "mille-feuilles à faire maigrir" le PS privilégie la suppression des pages rouges pendant que l'Elysée flatte les pages jaunes.

Comme le présente le Télégrammme : 

" Le député PS propose de créer une collectivité unique, composée des quatre conseils généraux bretons (cinq si la Loire-Atlantique s’associe) et le conseil régional.

Le député du Finistère a écrit à ses collègues élus socialistes pour tenter de les convaincre. Pourquoi pas une Assemblée de Bretagne à 142 élus contre 284 aujourd'hui, quand on additionne les quatre conseils généraux et le conseil régional ?

 "Au regard de de notre influence régionale mais aussi du mouvement qui a secoué la Bretagne récemment, un devoir d’imagination et une exigence de mouvement s’imposent à nous."

 

Il argumente : 

"Partant du principe que la Bretagne ne saurait être soluble dans une région grand ouest dont à peu près personne ne veut, la seule option envisageable me paraît être celle de la collectivité unique, qui fusionnerait les quatre conseils généraux bretons (voire cinq si comme je le souhaite, la Loire-Atlantique décidait de s’associer à la démarche) et le conseil régional."

 

IL se trouve que c'est exactement ce que les Corses consultés par voie référendaire, comme les Alsaciens, ont rejetté massivement.

Mais bon socialiste, Urvoas est démocrate à Kiev et ... Urvoas à Quimper.

 

 "L’ « Assemblée de Bretagne » exercerait l’ensemble des compétences dévolues aux départements et à la région, complétées par celles que la future loi de décentralisation pourrait lui octroyer, le cas échéant au titre d’un droit à la différenciation que je souhaite voir prospérer. Il lui serait cependant loisible de transférer aux intercommunalités la mise en œuvre de certaines de ses missions, si l’accomplissement de celles-ci était ainsi susceptible de s’en trouver optimisé."

 

Cette collectivité unique serait administrée par une assemblée délibérante et par un conseil exécutif. Leurs sièges respectifs seraient implantés l’un en Haute-Bretagne, l’autre en Basse-Bretagne.

 "Les membres de l’Assemblée seraient élus par le truchement d’un scrutin mixte, associant un scrutin binominal majoritaire paritaire dans le cadre de circonscriptions cantonales et un scrutin de liste à la représentation proportionnelle."

 

Rendre  lisible la responsabilité démocratique des élus locaux

Pour le député, les avantages sont évidents : 

" Il s’agirait tout à la fois de réaliser des économies de fonctionnement (diminution du nombre des élus, mutualisation des missions…), d’accélérer les prises de décision et enfin de rendre à nouveau lisible la responsabilité démocratique des élus locaux. Rien ne serait plus inconséquent que de laisser passer cette chance, car elle risque fort de ne plus se représenter avant très longtemps."

 

l'article se conclu avec le paragraphe ci dessus.

 

Faut-il rappeler au citoyen Urvoas qu'en tant qu'élu de la nation il doit fidélité à la constitution et son préambule dont on va bientôt célébrer le 70ème annivrsaire, cela tant qu'une réforme constitutionelle ratifiée par le peuple l'autorise à s'en affranchir ?

 

Notons d'entrée  qu'il ne le dit pas, mais dame Lebranchu appréciera :  combien d'agents de la fonction publique territoriale en moins ?

 

A la tempête qui suivra la réforme d'Urvoas, on téléphone à Lourdes ou à Lisieux pour avoir des renforts ? (attention, ce n'est pas en Bretagne), et nouvelle orgtanisation, les dits renfort parceque "non bretons" seront non plus solidaires mais facturés. Voila sur le fond de quoi il est question.

 

Cela juste pour lever un coin du voile, vous laissant le soin d'explorer à partir de vos centres d'interets les conséquences d'une telle mesure.

Il est vrai que les estampillés socialistes n'ont pas le monopole de la connerie.

 

Voir une responsable syndicale CGT d'une boite liquidée par les patrons "bretons" avec l'aide des caisses "bretonnes" du crédit agricole ouvrir le débat des bonnets roséolés chez un opportuniste électoral avec des propos qui frisent le chauvinisme est plus que lamentable.

 

Désolé madame, mais pour mener le combat syndical et politique, les camarades de La Canaille se recrutent des deux cotés du Couesnon et, quoique profondément attaché à son Phare Ouest, Canaille le Rouge n'a rien de commun avec les exploiteurs et financiers, historiquement toujours du coté des tire-cordes où sont accrochés par le cou les manants qu'ils ont toujours pendus.

 

Faut-il vous rappeler, madame, mais il semble qu'il le faille, les barricades n'ont que deux cotés et celui patronal, même rincé à l'eau benite, sent toujours le rance.

 

Entre les Rohan Sévigné face aux pen sardines et Tillon il faut choisir, pour La Canaille sans hésitation, ce sera Tillon et les ouvrières des conserveries.

Commenter cet article