Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Il y a de la précarité dans l'éducation nationale et le changement, ici ou partout ailleurs, ce n'est pas pour maintenant. C'est la réalité que connaît une de mes lectrices.

Donc, dans l'éducation nationale existent des précaires: des contractuels (sans le statut d'enseignant) et des TZR (profs remplaçants avec statut d'enseignant), tous suppléent des absences dans plusieurs établissements scolaires). C'est cette dernière catégorie de précaires qu'Envoyé Spécial, la télé de David Pujadas, a soi-disant rencontrée.

 

Aurélie S., justement TZR, avec à sa charge des remplacements dans 3 collèges de 3 villes différentes, est tombée de sa chaise hier soir:

 « Envoyé spécial ce soir sur le remplacement des profs. Mes moments préférs:

-le TZR qui n'a pas de remplacement et qui attends chez lui et précise qu'il est payé pareil à savoir 1900 euro

EN VRAI: on a un établissement de rattachement dans lequel on doit être présent même sans affectation. Éventuellement le chef d'établissement est ok pour que le TZR reste chez lui mais c'est surtout pas systématique. Et moi je touche pas 1900 euros (je touche moins pour la précision)

- la voix off qui explique qu'il n'y a pas de remplçant depuis un mois dans un collège parce que "tous les TZR ont refusé le remplacement vu que c'était trop loin"
EN VRAI: les TZR n'ont absolument pas le droit de refuser une affectation (quand c'est dans sa discipline j'entends), les contractuels oui mais certainement pas les TZR. On nous affecte et on doit s'y pointer sinon c'est un abandon de poste. Sinon je me serai fait un plaisir de refuser quand on m'a envoyée à 50 min de route de chez moi.

Franchement faut pas s'étonner après que certains aient des idées reçues sur le métier d'enseignant. »

 

Note de ma pomme: Vous croyez qu'ils ne font pas exprès de se tromper à France 2, la télé dite de service public?

Commenter cet article

Lamalice 14/03/2014 16:04

Il y a un réel problème (pas que dans l'éducation malheureusement) à tous les niveaux en France.

Prenons le cas de l'éducation: les classes sont surchargées, les profs non remplacés, le niveau baisse ...

C'est la faute aux TZR qui refusent les postes... Binh non. C'est la faute aux vacataires alors... binh non aussi... Et on accuse à tour de rôle toutes les personnes qui subissent ce système pourri...et qui tentent avec le peu de moyen qu'on leur donne et le peu de reconnaissance de sauver ce qu'on peut.

Mais en fait, le vrai fautif, qui divise le Peuple pour mieux régner, n'est autre que ce gouvernement... qui poursuit la politique de droite du précédent...

anonyme 14/03/2014 14:19

Les contractuels qui refusent un poste s'exposent au risque de ne pas être rappelés...Les contractuels qui sont demandeurs d'emploi (ce qui est le cas de nombre d'entre nous) peuvent refuser un poste proposé par le rectorat si l'offre d'emploi est non raisonnable...de manière générale, c'est nous qui appelons pour savoir si le rectorat a besoin de nous et non l'inverse, a priori, les contractuels souhaitent travailler mais parfois, travailler loin, ou peu engendre des frais que nous ne pouvons supporter...sinon, à bas les idées reçues en effet !

anonyme 14/03/2014 14:11

Heu, non, les contractuels n'ont pas le 'droit' de refuser ce qu'on leur propose ! Ceux qui refusent un poste s'exposent au risque de ne pas être rappelés ou à celui de ne pas percevoir d'ARE, décidément, les idées reçues sont partout...