Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

LES REPRESENTANTS DES TRAVAILLEURS DE GOODYEAR EN GARDE A VUE SUR LA DEMANDE DE LA CGC

 

5 élus CGT Goodyear, Mickaël WAMEN, Sébastien LUPO, Reynald JUREK, Franck JUREK, Christian HAREUX, sont en garde à vue depuis hier matin, à la demande du syndicat Cfe-Cgc.

On croît rêver !!! La Cfe-Cgc, plus déterminée encore que l’employeur à obtenir la fermeture du site Goodyear Amiens Nord, a constamment entravé les droits des salariés, notamment en empêchant le CCE de voter des délibérations contre les licenciements.

Aujourd’hui, le syndicat des cadres est plus amer que jamais face aux salariés et à la CGT qui ont arraché un accord de fin de conflit prévoyant des indemnités historiques ; c’est manifestement cet accord que la Cfe-Cgc cherche à torpiller.

En effet, cet accord entre la direction et les élus CGT a rendu vain tous les efforts fournis depuis des années par la Cfe-Cgc pour que les 1200 salariés soient licenciés dans les pires conditions.

Les dénonciations calomnieuses de la Cfe-Cgc et de ses représentants (dont l’une est la directrice de communication de Goodyear) s’ajoutent à toutes les atteintes à la liberté syndicale et aux délits d’entrave qu’ils ont commis de manière systématique en accompagnant la direction dans son projet de fermeture du site d’Amiens Nord.

Toutes les organisations CGT vont engager des poursuites pénales appropriées contre tous ceux de la Cfe-Cgc qui ont violé les droits fondamentaux des salariés Goodyear, (les plaintes déposées par la Cfe-Cgc contre les élus CGT avaient été classées sans suite par le Procureur de la République et les poursuites actuelles contre les représentants CGT ont exclusivement été engagées sur constitution de partie civile).

La CGT Goodyear le 26 mars 2014

 

Note de ma pomme: La CGC a toujours fait le jeu de la direction de Goodyear. Avant que l'usine ne ferme, elle avait pris une claque aux dernières élections professionnelles. En effet, dans le 2e collège, la CGT avait été plébiscitée. Dans le 3e collège, un cadre sur 2 votait CGT (+ 30% en 2 ans) et il manquait 2 voix pour obtenir un siège.

Commenter cet article