Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce samedi, le parlement ukrainien a voté la destitution du président Viktor Ianoukovitch. Il a annoncé une élection présidentielle anticipée le 25 mai prochain. Le même parlement a ordonné la libération de Ioulia Timochenko.

 

Viktor Ianoukovitch

La télévisions a montré et remontré l'immense propriété richement décorée de Viktor Ianoukovitch. A l'évidence, ce richissime oligarque a bien profité de toutes les prérogatives (légales ou non) dues à son siège présidentiel.

Mais faire croire que celui-ci fut un partisan acharné de la Russie, est contraire à la réalité. Dans la société capitaliste, les puissants se vendent au plus offrant pour accroitre leurs profits. Sitôt élu en février 2010, élection reconnu "honnête" par les observateurs de l'OSCE -Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe-, dès le 1er mars 2010, Ianoukovitch se rend à Bruxelles pour s'entretenir avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy. L'Ukraine est  colossalement endettéee, la pauvreté n'y est pas rien et l'économie s'effondre particulièrement à l'Ouest. Si un protocole d'accord semble se sceller entre l'UE capitaliste et l'Ukraine, les retombées financières sur le pays et dans les poches de Ianoukovitch tardent à se réaliser. Dès lors, le 21 avril 2010, le président ukrainien signe avec son homologue russe un traité sur le prolongement pour 25 ans du bail de la flotte russe en Crimée et sur la diminution de 30% du prix du gaz russe livré à l'Ukraine. Accord contesté par l'opposition pro-UE. En décembre 2013, Poutine accorde 15 millards d'euros à l'Ukraine et Ianoukovitch dénonce toute alliance avec Bruxelles. La contestation va s'installer et grandir à Kiev, la capitale, et dans l'Ouest du pays.

 

Ioula Timochenko

Est-elle la sainte Blandine que les télés françaises nous présentent? Comme le souligne le journaliste espagnol Carlos Franganillo, elle n'est pas le "moteur" de la révolution, même si une foule compacte l'a acceuilli hier à Kiev:

« Beaucoup se méfient d’elle et certains la voient comme une autre politique défendant des intérêts personnels »

Ioula Timochenko n'est pas toute immaculée. En 2010, Le Figaro la décrit ainsi: "Son mariage - à 19 ans - l'introduit dans le cercle de la nomenklatura (note de ma pomme, elle épouse le fils d'un dirigeant du PC ukrainien). Entregent et habileté la hissent en 1995 à la tête de la société Systèmes énergétiques unis, qui importe du gaz russe dans une opacité totale. Ioulia devient très riche. On la surnomme «la princesse du gaz". Oui, sous la pérestroïka initiée par Gorbatchev, un prêt de 5 000 dllars ne lui est pas tombée du ciel. Puis le gaz russe, déjà, et son mentor en affaires qui vient d'être nommé ministre de l'énergie dans l'Ukraine se déclarant indépendante. Il sera arrêté à New York et condamné en mai 2004 pour blanchiment d'argent, corruption et fraude.

En décembre 1999, elle est nommée vice-Premier ministre chargée du Fioul et de l'Énergie.

Richissime oligarque elle aussi, elle est battue deux fois à l'élection présidentielle, mais devient premier ministre en 2005, puis de 2007 à 2010. De ce fait, affirmer qu'elle n'est pour rien dans la crise sociale et politique ukrainienne est faire prendre des vessies pour des lanternes.

File:Wahlkreise ukraine 2006 eng.png

Présidentielles de 2010, en bleu vote favorable au président destitué.

Le Monde a mis en ligne une vidéo montrant que dans la partie russophone du pays l’ambiance est toute autre qu'à Kiev.

Commenter cet article

canaille le rouge 23/02/2014 16:28

Se rajoute à cette carte la répartition démographique et économique qui fait de l'est la région la plus peuplée et industrielle, l'ouest rurale avec moins d'habitant.ce qui explique les résultat de l'élection présidentielle.
Il parait que la défaite du président et le retour du rôle du parlement est une victoire à Kiev. C'est quand qu'on gagne à Paris ?
Mais au delà de ces singularités géopolitiques il faudra revenir sur la place de la disciple de Margareth Tatcher adoratrice de Jeanne d'arc, compromis dans des trafic au point que les USA on mis le grappin sur son mari et qu'elle ne pouvait s'y rendre avant sa condamnation pour des délits qui font passer Tapie ou Balladur pour des amateurs.
merci pour ce papier