Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'Hôtel-Dieu de Paris, le plus vieil hôpital de la capitale, s'y trouve toujours. C'est toujours l'AP-HP -Assistance publique-hôpitaux de Paris- qui le gère (président Jean-Marie Le Guen, député PS et adjoint au maire de Paris), avec l'ARS (agence régionale de santé, président Claude Evin PS et ancien ministre socialiste), le tout sous les ors du ministère de la Santé que le palais de l'Elysée a confié à Marisol Touraine. Tout ce beau monde (ne devrai-je pas dire horsq-sol?) avait l'intention de le dépecer. De ce fait, la directrice générale de l'AP-HP Mireille Faguère a fait fermer les urgences et interdit aux pompiers de Paris de s'en approcher. Au passage, elle a viré le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste de son poste. Oui, il était (et est toujours) le porte-parole du mouvement d'opposition contre la mort programmé de l'Hôtel-Dieu.

 

Comme on entrait dans la campagne des municipales avec Anne Hidalgo tête de liste PS pour être maire de Paname, toute cette constestation sur l'Hôtel-Dieu faisait sentir le cramé au parti à la rose. Et donc, sans que celui-ci prenne une position franche, on débarqua Mireille Faguière en novembre et mit à sa place Martin Hirsch. Ce n'est pas un perdreau de l'année. Il fut, sous Nicolas Sarkozy, Haut-Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté: presqu'un ministre et on en connaît le résultat. Pourtant, François Hollande l'a choisi. Est-il de sensibilité de la gauche de la droite, social-démocrate, social-libéral ou bien un hors-sol de plus pour gérer (sic) les affaires publiques?

Bref, qu'a-t-il fait depuis qu'il dirige l'AP-HP et notamment l'Hôtel-Dieu de Paris?

 

Communiqué de presse du comité de défense (dont la CGT fait partie) en date du 1er février:

 
Suite à son discours lors des vœux à l’Hôtel-Dieu, le 28 janvier 2014, Martin HIRSCH, directeur Général de l’AP-HP, malgré ses engagements sur le retour à un dialogue social serein à l’AP-HP, n’a pris aucun engagement réel… et comme Mireille FAUGERE, amplifie encore et toujours les risques psychosociaux.
 
Martin HIRSCH dans sa communication avec les médias dit concernant l’Hôtel-Dieu que « le projet doit être retravaillé en tenant compte des enjeux… », et devant les organisations syndicales, il annonce qu’il a décidé de déménager sur l’Hôtel-Dieu l’Hospitalisation à Domicile dont le siège est dans le 5ème arrondissement de Paris…
 
Le spécialiste en communication qu’est Martin HIRSCH se perd, il ne peut avoir un discours en fonction de tel ou tel interlocuteur…
 
Martin HIRSCH cherche-t-il à gagner du temps pour laisser passer les élections municipales ? La question est toujours d’actualité puisqu’il a pris l’engagement de proposer un projet d’ensemble d’ici mai 2014.
 
Il avait déclaré à son arrivée que le siège ne déménagerait pas sur l’Hôtel-Dieu, mais opère de la même manière que son prédécesseur en voulant installer quand même des bureaux au lieu de services de soins.
 
Martin HIRSCH a le pouvoir politique avec Marisol TOURAINE, ministre de la santé et Claude EVIN de l’ARS de d’ouvrir le service des Urgences dans les conditions optimales avec les lits d’aval et un retour rapide des pompiers, permettant de désengorger les services d’urgences des hôpitaux Lariboisière, Saint-Louis, Tenon, Pitié-Salpêtrière, Saint-Antoine… où les équipes médicales et paramédicales sont à flux tendus, ceci dans le cadre de la meilleure offre de soins à la population (grand froid, canicule, attentat,…).
 
La direction de Cochin, malgré les engagements pris, organise le déménagement du matériel du service de Diabétologie de l’Hôtel-Dieu, ceci en catimini, et fait faire le travail par le personnel.
 
Que fait Martin HIRSCH ? RIEN
 
 
Communiqué de la CGT

DIALOGUE DE SOURD
POUR L’HOTEL DIEU !


Les organisations syndicales de l’AP-HP ont été convoquées par le directeur général de l’AP-HP pour une première réunion de concertation sur le projet Hôtel Dieu, basée sur un dialogue social rétabli.


L’USAP-CGT a exigé comme préalable la réouverture pleine et entière du service des urgences et des lits d’hospitalisation à l’Hôtel-Dieu nécessaires au bon fonctionnement de ce service.

Pour seule réponse, la direction générale nous présente un projet ficelé de fusion avec l’HAD.
 

La posture du directeur général est la traduction de la politique du gouvernement visant à imposer l’austérité dans le domaine de la santé en réduisant l’offre de soins publique au coeur de la capitale !
 

L’USAP-CGT refuse catégoriquement d’accompagner ce projet destructeur qui ne vise, une fois de plus, qu’à faire de l’Hôtel-Dieu un établissement vide de lits, alors que les besoins de la population en matière de santé s’accroissent chaque jour un peu plus se traduisant par la saturation des services d’urgence de la capitale.
 

L’USAP-CGT exige la restauration d’un véritable dialogue afin de construire un projet viable du point de vue sanitaire pour remplir la mission de service public incombant à l’APHP au service des usagers parisiens et de la population francilienne.
 

L’USAP-CGT, membre du comité de soutien donne la parole aux usagers en lançant une votation citoyenne sur le maintien des urgences de l’Hôtel Dieu et plus largement de l’offre publique de soins dans la capitale.

 

Pour la Saint-Valentin, mais surtout pour sa campagne électorale, Anne Hidalgo a envoyé ceci sur les réseaux sociaux:

C'est t-y pas miaou-miaou, en tout cas, si ça ne plait pas à tous ceux qui défendent l'Hôtel-Dieu de Paris, je veux bien m'encarter au Ps... Non, je déconne.

 
 
 

 


 

Commenter cet article