Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies a sévèrement critiqué dans un rapport la politique du Vatican face aux innombrables cas d'abus sexuels sur des enfants commis par le clergé de Rome. Il exige désormais que tout religieux pédophile soit déféré devant la justice.
Ce Comité, siègeant à Genève, est composé de 18 experts indépendants et de différentes nationalités. Il veille notamment au respect de la Convention aux Droits de l'enfant mise en oeuvre en 1989 par l'ONU. Et selon lui, dans le monde autour du petit Jésus et de la sainte Vierge, il y a du boulot à faire dans la crèche.
En effet, la présidente du Comité, la Norvégienne Kristen Sandberg, n'y va pas avec le dos de l'encensoir: "(...) oui, il y a une violation de la Convention jusqu'à maintenant parce qu'ils n'ont pas fait tout ce qu'ils auraient dû".
 
Dès lors, le Comité demande au pape "de relever immédiatement de ses fonctions toute personne suspectée d'abus sexuel et de déférer son cas aux autorités judiciaires compétentes à des fins d'enquête et de poursuites." Il se dit "profondément préoccupé par le fait que le Saint-Siège n'ait pas reconnu l'étendue des crimes commis ni pris les mesures nécessaires pour traiter les cas de sévices sexuels sur des enfants e protéger ces enfants, et qu'il ait retenu des politiques et des pratiques qui ont conduit à la poursuite de ces agressions et à une impunité pour leurs auteurs".
Ce qui veut dire que ça ne va pas du tout dans la maison du bon dieu de Rome.
 
Du coup, le monsignore représentant le pape à l'ONU s'est indigné de ce rapport mécréant. Et derrière le cardinal, ses chefs du Vatican, dans un communiqué, ont  dénoncé "une tentative d'ingérence" dans les positions de l'Église. Ben oui, mes très chers frères et mes très chères soeurs, le rapport dénonce ni plus ni moins le "code du silence" sous la menace d'excommunication qui entoure ces affaires, les lanceurs d'alerte au sein du clergé se retrouvant "dénoncés et chassés".
 

 

Bon, le comité des Droits de l'enfant à l'ONU n'a aucun moyen pour que le Vatican reprenne le chemin du salut. Il y aura donc encore beaucoup de salopards parmi les porteurs de soutane.

Commenter cet article