Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est la Cooperl basée à Lamballe (22), numéro 1 du porc en France, qui est visée. Selon Le Télégramme, la société aurait vendu de la bidoche à l'aide de faux certificats, qu'elle savait contaminée par des salmonelles.

Trois cadres de la Cooperl ont été placés en garde à vue mercredi dernier. Ils sont soupçonnés d'être au coeur d'une vaste affaire de fraude et d'escroquerie présumées. Tout débute en 2012, quand un service de l'État (oui ces fonctionnaires qui font tant chier les patrons et que l'Elysée veut supprimer) soupçonne la coopérative costarmoricaine de maquiller les résultats de ses autocontrôles. Alors qu'il n'est pas rare de trouver, dans la viande de porc, des traces de salmonelle, une bactérie provoquant de plus ou moins sévères intoxications alimentaires, les tests de la Cooperl, eux, sont toujours négatifs. Suspect.

Risque sanitaire pas écarté
Le parquet de Saint-Brieuc a ouvert une enquête. L'analyse de documents et de matériel informatique saisis en novembre 2012 au siège de la société confirme les premiers soupçons : les autocontrôles présentaient des résultats positifs à la salmonelle et auraient été transformés en résultats négatifs. Entre 2010 et 2012, 1.500 tonnes de viande sont ainsi entrées dans la composition de nombreux plats cuisinés à base de viande (raviolis, etc) et de charcuteries (salami, saucissons, saucisses-cocktail, etc) en Russie et en France. Selon une première estimation, l'escroquerie présumée porterait sur près d'un million d'euros.


Enquête toujours en cours
Selon le journal breton, celle-ci devrait rapidement être bouclée et déboucher sur une procédure peu habituelle, sans ouverture d'information judiciaire ni mises en examen : une citation directe de la Cooperl devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc.

 

Note de ma pomme: Question, les patrons de la Cooperl étaient-ils de ces bonnet rouges fabriqués en Grande-Bretagne par ArmorLux pour revendiquer leur breizhitude hypocrite et réactionnaire?

Et quand cessera que les sociétés de la chaîne alimentaire s'autocontrôlent elles-mêmes? Qu'en dit Benoît Hamon, ministre de la Consommation et partisan de supprimer les fonctionnaires chargés du contrôle sanitaire ?

Dans l'UE capitaliste, ce n'est pas mieux. Selon le rapport « Unhappy meal » de l'ONG EU Corporate Watch  les agences « indépendantes » de contrôle sanitaire européenne sont sous influence de l'industrie agro-alimentaire. 122 des 209 « experts européens » liés à l'industrie agro-alimentaire (soit 59 %) ont des conflits d'intérêts avec les industriels de l'agro-alimentaire !

Allez qui en veut de l'UE?

Commenter cet article