Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

Odile Tobner (2).JPGDans un récent article, Odile Tobner, présidente de l'association Survie, établit la responsabilité de la France dans la situation qui sévit actuellement en République centrafricaine.

Elle rappelle qu'après trois quarts de siècle d’une exploitation qui l'a dépeuplé de sa population et assuré l’édification de quelques grandes fortunes françaises, l’ex-Oubangui-Chari devient officiellement « indépendant » en 1960 avec à peine deux millions d’habitants pour un territoire grand comme la France.

Dès lors, les bases militaires de Bouar et de Bangui assurent une présence permanente de l’armée française et permettent, en écrasant toute tentative de rébellion, d'assurer à la France une gestion quasi directe du pouvoir politique.

Cette souveraineté de fait conduit à la déliquescence d'un pays livré aux visées stratégiques de l'ex-colonisateur et au pillage de ses affairistes. Quant aux subventions qui arrivent sur ce territoire, qu'elles soient françaises ou européennes, elles n'ont d'autre objectif que d’assurer la continuité de l’exploitation des matières premières et l’accès aux aéroports.

Résultat : La Centrafrique est connu comme le cinquième pays le plus pauvre du monde en dépit des richesses de son sous-sol.

Ses cinq millions d’habitants souffrent de l'absence d'hôpitaux, d'écoles, de routes, d'eau potable, d'électricité...  Soixante-dix pour cent d'entre eux se trouvent au-dessous du seuil de pauvreté et souffrent de malnutrition. Le taux de mortalité à l’âge de cinq ans est de 220 pour mille et l’espérance de vie est de 44 ans. La moitié des habitants sont analphabètes.

Tel est le triste bilan des gouvernements qui se sont succédé sous une étroite tutelle française.

Aujourd'hui, la déliquescence de l’État est telle qu'elle laisse tout latitude à des bandes armées venues du Congo, de l’Ouganda, du Soudan, du Tchad, de s'imposer par la terreur. Au point que, menacés dans leur intérêts, la France et ses alliés occidentaux ont choisi d'intervenir militairement en prétextant des motifs humanitaires.

Bien que responsables du chaos qui s'est établi dans ce pays, c'est donc encore la France et son armée qui vont décider de l'avenir du peuple de Centrafrique...

 Bokassa Giscard.JPG

Septembre 1978 : Un an avant qu'il ne soit renversé par les troupes françaises, le chef d’État de Centrafrique, Jean-Bedel Bokassa, est reçu à l’Élysée par Giscard... avec tous les honneurs

1004369789.png

 Source : http://survie.org/billets-d-afrique/2013/230-decembre-2013/

Commenter cet article