Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le président de la République a choisi de commémorer à sa façon le centenaire de la Première Guerre mondiale. Il opèrera de la même façon pour la Libération de la France en 1944. Mais en évacuant toute analyse sur ces deux évènements, il empêche ainsi le débat, obscurçit les consciences et ne permet aucune vigilance dans le temps présent. C'est à dessein pour servir sa politique de droite, précédée par celle de Nicolas Sarkozy, afin de détruire tous les acquis sociaux, notamment ceux découlant des combats de la Résistance contre l'occupation nazie et la collaboration de Pétain et du patronat français.

Ne pas analyser les causes et les conséquences de la Grande Guerre, c'est faire l'impasse sur les nationalismes exarcerbés par les industriels et les marchands d'armes de l'époque qui ont conduit à la Première Guerre mondiale, dès l'assassinat de Jean Jaurès par un nationaliste. C'est oublier les vainqueurs de 1918, dont la France, qui se partagent les états et les colonies des vaincus, nourrissant ainsi frustations et rancoeurs pour déboucher sur la crise de 1929 et l'émergence de la haine de l'autre, jusqu'aus crimes de masse exécutés par le nazisme et ses valets, notamment contre les juifs et les tsiganes. C'est gommer les répercussions actuelles sur les incendies que l'on connaît de nos jours en Afrique, en Syrie, au Liban ou en Palestine par exemple.

 

Le 6 février 1934, l'extrême-droite, dont l'Action française présente aujourd'hui sur le sol de notre république, et les ligues factieuses montaient à l'assaut de l'Assemblée nationale.

défilé des ligues factieuses en 1934

La riposte ouvrière fut conséquente et le 12 février la CGT (proche des socialistes) et la CGTU (proche des communistes) appelaient à la grève générale et se reunissaient dans Paris pour défendre la République, contre le fascisme et ses dangers. La réunification de la CGT était en marche.

 

Aujourd'hui, la haine de l'autre ressurgit dans l'UE capitaliste comme dans notre pays. Elle a le champ libre dans les médias de grande écoute. Oui, le ventre de la bête immonde est toujours fécond et il sert, comme hier, les intérêts du capital et de ses valets.

Aussi, oui, le 29 janvier 2014, la CGT, la FSU, Solidaires, l'Unef et la Fidl se rassembleront dans un meeting unitaire à Paris contre l'extrême-droite, ses idées nauséabondes et ses pratiques anti-républicaines.

Oui, tous les démocrates doivent prendre leur part dans ce combat et honte à l'Elysée dans sa promotion du 1er janvier 2014 dans l'ordre de la Légion d'honneur. Passés les charretées de copains, de peoples, de banquiers ou de financiers, le ministère des Anciens combattants a encore oublié nos vieux camarades de la Résistance et dont le nombre s'épuise avec le temps.

Pourtant, ces vieux résistants ont combattu au péril de leur vie contre l'occupation nazie et la collaboration des élites françaises de l'époque avec le Reich hitlérien. Certains se sont engagés dans l'armée française dès la libération de la patrie pour poursuivre le combat jusqu'à la capitulation sans condition, le 8 mai 1945, du Reich nazi.

 

Aujourd'hui, la France semble n'être reconnaissante qu'au fric, au copinage et aux paillettes. Peut-être comme dès 1940, lorsque Pétain renversa la République par un coup d'état avant de s'aboucher avec Hitler.

Commenter cet article