Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Graine de SS outre Manche

Le titre peut paraitre provocateur, outrancier. Avant de le qualifier, lisez ce qui suit.

 

Canaille le Rouge imagine la fueur d'intervenants en psychiatrie et (ou) du monde juridique de sa connaissance, quand ils vont découvrir cela.

 

Nous sommes en 2012-2013, dans le berceau du modèle de la civilisation dominante. 

 

Pendant que les média des deux côtés du chanel nous bassinent avec la vie privé de tel ou tel sportif et ses choix de vie. En Grande-Bretagne, que cela reste souhaitons-le une situation crimelle géolocalisée, il se passe ce qui suit :

 

"Les services sociaux britanniques ont fait subir de force une césarienne à une femme, une Italienne qui séjournait en Angleterre, pour lui retirer son bébé en arguant de ses troubles psychiatriques, a rapporté dimanche le Daily Telegraph. 

Un député, John Hemming, a indiqué dimanche qu'il allait soulever devant le parlement cette affaire, qui remonte à l'été 2012. L'Italienne, dont l'identité n'a pas été révélée, suivait une formation professionnelle dans l'Essex (est de l'Angleterre) en juillet 2012 quand elle a eu une attaque de panique liée à des troubles bipolaires, selon le journal. Internée dans un établissement psychiatrique, elle a été quelques semaines plus tard anesthésiée pour subir une césarienne avant que sa fille ne soit remise aux services sociaux, qui avaient obtenu pour ce faire une autorisation de la Haute Cour. 

La mère, qui vit en Italie, a lancé une action en justice en Grande-Bretagne et dans son pays, pour que son enfant, toujours confié aux services sociaux et désormais âgé de 15 mois, lui soit rendu. Mais un tribunal britannique a jugé en février que l'enfant devait être proposé à l'adoption car sa mère pouvait avoir une rechute, selon le journal. Les avocats de cette femme affirment que sa famille en Italie n'a pas été consultée sur une telle décision et que les services sociaux italiens n'ont pas été impliqués. 

"Je n'ai jamais entendu parler d'un cas similaire en 40 ans de carrière", a commenté son avocat britannique, Brendan Fleming, dans le Sunday Telegraph. Les autorités locales de l'Essex ont refusé de faire des commentaires sur "des cas individuels qui impliquent des personnes vulnérables".

Sans commentaire.

 

Sauf que moins de deux heures après la mise en ligne de cette p@ge, titre de la presse des deux côtés de la Manche :

 

"La Grande-Bretagne échoue à éradiquer les blaireaux"

 

Bel esprit de synthèse.

Commenter cet article

aline 05/12/2013 16:40

Monstrueux, j'espère que toute la communauté italienne saura soutenir leur malheureuse ressortissante mais à quoi s'attendre de cette belle Albion qui a su enjamber le Chanel sans se mouiller pour venir tremper dans l'Europe toute en gardant la tête bien froide et bien loin dans ses brumes londonniennes, qu'elle conserve des moeurs moyennageuses douteuses comme son système de royauté alors que nous sommes au XXIe, est-ce si étonnant ? aline