Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Depuis ses origines médiévales et jusqu’à la moitié du XIXe siècle, Gassicourt, village de Seine-et-Oise et voisin de Mantes-la-Jolie, vit entouré de labours, de cultures maraîchères, de prés et de vignes. C’est un tout petit bourg blotti autour de son église du XIe siècle, peuplé d’agriculteurs et d’artisans liés à la ruralité.

En 1843, le chemin de fer de Paris à Rouen traverse son territoire. Pour autant, à l’inverse de ses voisines, la commune ne sollicite pas la construction d’une gare, comme pour demeurer fidèle à sa vie séculaire. Et qui, parmi sa population, ose imaginer que Gassicourt sera annexé en 1930 à Mantes-la-Jolie, sa puissante voisine, sous-préfecture de Seine-et-Oise et ancienne ville royale ?

Ce bouleversement futur est induit par l’arrivée du rail dans le Mantois et par la révolution industrielle qui s’ensuit. En 1856, sur le territoire de Gassicourt se crée la gare de Mantes-Embranchement, station la plus importante entre Paris et Rouen dans laquelle tous les express s’arrêtent et qui est tête de ligne omnibus vers la capitale française ou celle de la Normandie. Présage à l’annexion du bourg, cette gare ne porte pas le nom de Gassicourt.

A cette date, en face d’un dépôt de machines balbutiant, se dresse le hameau de la station, trois maisons, qui au fil des ans s’agrandit en cité Buddicom. C’est la première cité ouvrière en Île-de-France et l’une des toutes premières sur le territoire français. Composée uniquement d’une population liée au chemin de fer, elle va constamment s’élargir, déborder ses bornes primitives et ne faire plus qu’un seul tenant avec le bourg de Gassicourt.

La révolution industrielle du XIXe siècle survenant, d’autres prolétaires vont affluer dans Gassicourt, dont les habitants passent de 607 en 1891 à 3 124 pour l’année 1926. En 1817, le géographe Charles Oudiette n’y recensait que quelques 300 âmes.

Ironie de l’histoire, aux élections municipales de 1929, qui scellent la mort de Gassicourt, une liste conduite par un cheminot et composée d’une majorité d’employés du chemin de fer va défendre l’autonomie de la commune. Elle est battue et Gassicourt devient un simple quartier de Mantes-la-Jolie, comme plus tard celui du Val fourré, résidus de son passé rural.

Le village de Gassicourt et le chemin de fer
Le village de Gassicourt et le chemin de fer

Commenter cet article

Pierre Fassié 23/12/2013 21:39

Monsieur,
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir prendre contact avec moi via courriel.
Dans l'article de votre blog "Le syndicalisme du Mantois à l'épreuve de la Grande Guerre", comme dans votre ouvrage "Les origines du chemin de fer dans le Mantois : Ligne de Paris à Rouen" vous mentionnez un Camille Fassié. Il s'agit du frère de mon grand-père paternel, mon grand-oncle donc.
Ce parent étant mort prématurément, tué par un accident du travail ma famille n'avait pratiquement aucune information sur lui, mais nous savions qu'il avait été maire "de Mantes-la-Jolie" (tradition familiale déformée par les mémoire défaillantes).
Je puis commander votre ouvrage "Les origines du chemin de fer dans le Mantois : Ligne de Paris à Rouen" à Amazon.fr.com pour mon frère et moi. Mais j'aimerais savoir combien je devrais régler (et comment) pour 2 exemplaires de "Le village de Gassicourt et le chemin de fer"; l'un destiné au Vaucluse (Carpentras), mais l'autre à envoyer aux USA par avion au tarif "livres - imprimés", tarif qui existe mais qu'il faut demander car La Poste ne l'offre pas volontairement.
En vous remerciant pour votre attention, recevez l'expression de mes salutations cordiales.
Pierre Fassié

Roger Colombier 24/12/2013 08:17

Bonjour. Effectivement, Camille Fassié fut élu maire de Gassicourt, village attenant à la grande ville de Mantes-la-Jolie et qui en fait l'un de ses quartiers depuis 1930. Dessinateur aux Chemins de fer de l'Etat, Camille Fassié fut révoqué après la grève générale des cheminots de 1920.
Mais vous avez oublié de me joindre votre adresse mail pour que je puisse vous répondre plus en avant.
Cordialement à votre frère et à vous
Roger Colombier