Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

J'entends déjà le dernier carré des défenseurs de François II haleter: "Ben non, puisque le président de la République l'a promis. Croix de bois, croix de fer. s'il mentait il irait en enfer".

Mais comme chat échaudé craint l'eau froide et que, depuis mai 2012, les douches glacées pleuvent plus drues sur notre couenne que de la grêle à l'époque des vendanges, comment ne pas s'inquiéter?

 

Le ministre de l’Écologie, Philippe Martin, doit se prononcer sur la validation de 7 permis de recherche d’hydrocarbures déposés par l’américain Hess Oil. En 2010, un autre requin du gaz de schiste, le pétrolier Toreador, avait décroché ces autorisations en Seine-et-Marne, à 50 km de Paris. Mais la loi Jacob de juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique l’a poussé à les revendre à Hess Oil en 2012. Depuis, ce dernier attend que l’État valide le changement de propriétaire.

Le pétrolier américain fait miroiter un eldorado pour convaincre les pouvoirs publics de ne pas lui fermer la porte: 100 milliards de barils dans le Bassin parisien, soit 150 ans de consommation française ! L’ancienne ministre de l’Écologie Delphine Batho avait refusé de signer ces mutations. Mais depuis, elle a été touchée coulée par la canonnière de l'Elysée.

Et puis, Hess Oil a réussi à faire condamner l’État à payer 14.000 euros d’indemnités journalières pour absence de décision. La facture s’élève, depuis la décision du tribunal de Cergy le 17 octobre, à plus de 530.000 euros!

Le ministère de l’Écologie veut "négocier avec le juge ce montant en montrant qu’il n’y a pas de mauvaise volonté de sa part". De fait, Philippe Martin semble se diriger vers un feu vert pour Hess Oil. Ses services y sont favorables. "Il n’y a aucune raison juridique pour ne pas signer ces permis. Nous sommes dans un État de droit, on ne va pas spolier les propriétaires."

Ben oui, si François II luttait contre la finance, ça se saurait depuis mai 2012. Et puis Arnaud Montebourg made in France avait sussuré à grands cris qu'on pourrait voir du côté du gaz de schiste, non?

 

Bref, que va faire le ministre de l'Ecologie certte semaine?

Et que vont faire les 2 chambellans de l'Elysée membres du parti des écolos, si les mutations étaient acceptées.

Oui, c'est vrai, c'est une question à la con que je n'aurai jamais du poser. C'est la trêve des expulsions et on ne peut pas foutre dehors de son toit quiconque.

Sauf les Roms. Peut-être parce qu'ils ont installé leurs bidonvilles sur un terrain au sous-sol riche en gaz de schiste.

Commenter cet article