Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Cigognes, mais pas pigeons", ce sont les sages-femmes de La Ciotat, en grève depuis le 28 octobre qui se sont "mises à nu pour être reconnues".

Dans la grande manifestation organisée à Paris, on pouvait entendre comme slogans :« Un métier formidable, un statut fort minable ». Les sages femmes souhaitent avoir le statut de praticien hospitalier dans le secteur public et à une revalorisation salariale (public et privé) correspondant à leur niveau à bac+5. De nos jours, déclarées "personnel non médical", elles débutent à 1 400 euros nets.

 

Communiqué de la CGT:

Les sages-femmes sont descendues massivement dans les rues pour manifester leur ras-le-bol la semaine dernière face à des conditions de travail déplorables et un salaire insuffisant.

Les organisations syndicales représentatives de la Fonction Publique Hospitalière ont été reçues, le 13 novembre, sur la revalorisation salariale. Les propositions du ministère sont très en deçà des attentes de la profession.

La fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale dans le préavis de grève adressé a madame Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, fait part des revendications suivantes : " Le 19 novembre 2013 se tient une réunion nationale au ministère des Affaires sociales et de la Santé sur la profession, à cette occasion les sages-femmes se mobiliseront de différentes manières, y compris par la grève pour :
- une revalorisation salariale à la hauteur de la qualification et des responsabilités médico-légales ;
- dans les établissements publics et privés, des rémunérations en rapport avec le diplôme à Bac +5, nos responsabilités et notre rôle de premier recours dans la prise en charge de la grossesse ;
- un statut rénové dans la Fonction Publique Hospitalière de sages-femmes des hôpitaux publics, qui tienne pleinement compte du fait que c’est une profession médicale ;
- la révision des décrets de périnatalité qui fixent un nombre nettement insuffisant de sages-femmes dans les maternités ;
- la création de filières physiologiques et des moyens humains pour garantir
- une naissance de qualité partout sur le territoire."

Les sages-femmes ont d’ores et déjà annoncé que le mouvement continuerait jusqu’au 19 novembre prochain. Une nouvelle journée de mobilisation dans toute la France devant les ARS en régions. A Paris, un rassemblement est prévu à 10h devant le ministère de la Santé.

Commenter cet article