Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Virgil est roumain. Mardi, il a eu la désagréable surprise d’être contrôlé par des salariés d’Auchan. Ces derniers ont trouvé que son titre de séjour, valable jusqu’en 2019, avait l’air un peu suspect.

Il est 10h30 lorsque Virgil, 51 ans, se présente aux caisses d’un hypermarché à Caluire (Rhône). C’est à cinq minutes de chez lui, il est client régulier.

La caissière est polie, ce n’est pas encore le pic de la journée, deux personnes seulement attendent à l’autre bout du tapis automatique.

Au moment de payer ses 95 euros de courses, Virgil sort un chèque et sa pièce d’identité.

Tous ces zéros, c’est forcément une anomalie

Reproduction avec zones noires du titre de séjour de Virgil (Rue89)

C’est là que les versions divergent.

  • Virgil raconte que la caissière s’est raidie en lorgnant sur sa nationalité ;
  • le chef de la sécurité explique que les « yeux de l’hôtesse sont tombés par hasard » sur ce qui semblait être une « anomalie ».

Derrière les petits caractères noirs « Date d’entrée », il est inscrit 00-00-02. Virgil est entré en France en 2002, mais son titre de séjour ne mentionne ni le jour ni le mois d’arrivée.

Contactée par Rue89, la préfecture explique que c’est tout à fait possible : les services ne vont pas inventer une date précise si rien ne figure dans le dossier.

La caissière appelle sa chef qui appelle la sécu

Virgil habite en France depuis 2002. Il a suivi des études de théologie avant de cumuler les temps partiels. En ce moment, il est surveillant dans une école privée et s’occupe de gérer le matériel dans un centre de congrès. Il a obtenu son titre de séjour de dix ans en 2009.

A la caisse, la situation se tend. La caissière juge préférable d’appeler sa chef de zone, qui appelle elle-même un agent de sécurité. Le responsable de la sécurité, joint après coup, tente d’expliquer :

« Il nous arrive de remarquer que des pièces d’identité ont un grain différent, par exemple. Cette fois-ci, les gars se sont demandés ce que pouvait signifier ce 00-00-02. »

Les policiers, un peu gênés

Les vigiles appellent la police, qui décide d’envoyer une équipe. En attendant, Virgil est mis à l’écart.

Il fulmine, explique qu’il est venu à de multiples reprises dans le magasin, que la gendarmerie l’a contrôlé plusieurs fois sans s’arrêter sur cette « anomalie », que ce n’est tout de même pas sa faute si la préfecture imprime les cartes de cette façon.

Une demi-heure plus tard, les policiers arrivent. Un peu gênés, ils balbutient quelques explications – « ce modèle de carte n’est plus délivré par la préfecture » (c’est vrai, depuis 2011). Avant de rappeler, tout de même, que Virgil est citoyen européen.

« La grande mayonnaise »

Virgil est « relâché ». Vibrant d’indignation, il repart sans ses courses.

« Une demi-heure de séquestration parce que ma personne était suspecte ? A-t-on le droit sans preuve de vous séquestrer de la sorte ? L’atmosphère entre 2002 et 2013 a bien changé, on cherche des boucs émissaires. On mélange tout le monde, Roms et Roumains. C’est la grande mayonnaise du n’importe quoi. »

Source: RUE89 30 10 2013 par Rémi Noyon

Note de ma pomme: le dessin n'est pas sur RUE89

Commenter cet article

xyz 01/11/2013 15:01

Ca rapelle des temps qu'on croyait révolus, helas il suffit d'une grande crise pour les reveiller!

Brigitte Couillard 01/11/2013 14:29

Bonjour,

"On mélange tout le monde, Roms et Roumains. C’est la grande mayonnaise du n’importe quoi."

Dommage, jusque-là c'était un sans faute !!!

Pauvres Roms...

caroleone 31/10/2013 14:31

Hé bien dis-donc, on a du souci à se faire avec de tels comportements dignes du régime de vichy......ça couve toute cette merde, on en a bien l'impression chaque jour : que veux-tu, gouvernés par les lâches et des traitres qui unissent leurs combats aux fascistes, comment penser qu'il puisse en être autrement de notre avenir ?
Amitiés

caro