Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Tweet de Philippe Marini, samedi 12 octobre.

 

Philippe Marini n'est pas n'importe qui à l'Ump. Il est le président de la commission des finances du Sénat avec tout ce qui va avec. C'est un arrangement entre le Ps et l'Ump. Quand un gouvernement est de gauche, la présidence de la commission des finances (celle qui touche à l'argent public) est refilée à la droite. Et vice-versa. A droite, Phillippe Marini l'est et pas qu'un peu. Il appartient à la Droite populaire, l'extrême-droite de l'Ump, bien que je ne sache pas s'il y a une extrême-gauche. Bref, le ci-devant Marini est inspecteur des finances à la retraite. Il est aussi avocat à la cour de Paris et bien entendu sénateur Ump de l'Oise. Pour arrondir ses fins de moi difficiles, il est également maire de  Compiègne et président de l'agglomération. C'est dire s'il cotoie chaque jour la misère et la souffrance humaine.

 

Et voilà qu'il regrette Kadhafi.

C'est vrai qu'il est le président du groupe parlementaire France-Arabie Saoudite-Pays du Golfe et  du groupe France-Djibouti et  Soudan. Des pays qui sont tout sauf des démocraties et avec lesquels les parlementaires français taillent une bavette en y allant avec l'argent public. Peut être que Phillippe Marini va  monter un club à la mémoire de Kadhafi.

 

Pour en revenir à l'invasion immigrée qui va submerger l'Europe, c'est pile poil ce que brame l'extrême-droite en ce moment. Oui, vous l'avez remarqué, l'Ump court aux basques du Fn. Et qu'est ça pue de ce côté-là.

Aussi, citoyens de Brignoles, ce dimanche, restez chez vous au lieu de vous égarer dans un bureau de vote entre le Fn et l'Ump.

Jusqu'à cette heure, l'Ump n'a pas renié les paroles de son sénateur-maire, président de la commission des finances au Sénat et tutti quanti. Et il ne le fera pas.

Commenter cet article

M
Bonjour,
Compte tenu de l'intérêt que vous marquez à l'égard de Muammar Gaddhafi,
je vous transmets ce lien avec une émission radiophonique qui lui a été consacrée
le mercredi 10 septembre 2014 :
http://www.radiogalere.org/node/6113
Cordialement à vous,
Michel J. Cuny
Répondre
M
Bonjour,

Il semble bien que la diabolisation de Muammar Gaddhafi soit une pièce essentielle dans la stratégie visant à masquer, aux yeux du peuple français, certains points d'impact des rapports de force déployés par l'impérialisme occidental depuis la seconde moitié du vingtième siècle jusqu'au temps présent.
Peut-être gagnerions-nous à y prêter attention.
Je vous recommande : www.francoisepetitdemange.sitew.fr
Cordialement,

Michel J. Cuny
Répondre
R
Tout à fait d'accord avec le commentaire de Roquet, d'ailleurs, j'ai fait hier soir, tard, un commentaire semblable sur le Blog de Canaille le Rouge illustrant le drame des nouveaux "Boat-people" et des morts noyés par centaines que l'on pleure en ce moment avec des larmes de crocodiles.

Oui, il n'y a pas de quoi se réjouir de l'éxécution de Khadafi devant les caméras du monde entier et que les élèves, certains, se passaient en boucle dans les salles de classes. Il n'y a pas de quoi non plus se réjouir de l'exécution de Sadam Hussein, pendu comme un vulgaire bandit de grand chemin des temps jadis, exécution réalisée par des bourreaux encagoulés (quel courage! ) Le résultat est le chaos et pour longtemps dans ces deux pays, j'ai nommé la Lybie et l'Irak. On ne peut les mettre sur un pied "d'égalité", notamment l'Irak avec le Soudan, les pays du Golfe, Arabie Séoudite, Quatar etc... où règne un état féodal (pour mémoire l'Irak était laïque et toutes les sensibilités religieuses étaient représentées au gouvernement, à commencer par Tarek Aziz qui ne s'appelle ni Tarek ni Aziz et qui était Chrétien). Oui, ces malheureux hommes,femmes, enfants fuyant les destructions, les massacres plannifiés de longue date dans ces pays, le font bien précisément à cause de ce chaos installé intentionnellement. ALors, une analyse un peu plus fine M. Roger Colombier ne vous aurait pas fait de mal. Et n'allez pas me/nous dire que ce qui se passe actuellement en Syrie et depuis maintenant bientôt 3 ans relève de la "révolution spontanée de tout un peuple contre son président-dictateur-qui le massacre". Ce président se serait donc dit un beau matin : "tiens, et si j'allais massacrer mon peuple".
Le plan de l'Occident dans lequel j'inclus notre gouvernement, le gouvernement français n'ayant pas fonctionné selon ses desiderata, il s'agit maintenant de s'appuyer sur des hordes fanatisés et sauvages, massacreuses et pilleuses, venues du monde entier, et y compris de France afin de semer la désolation, la mort, la ruine. Ce sont ces mêmes individus que l'on prétend combattre au Mali !

Enfin, et pour mémoire, aucun dictateur occidental n'a fini comme ont fini Khadafi et Sadam Hussein.
Ils sont tous soit morts dans leur lit, soit de maladie et non jugé car prétendûment malades et non jugeables en conséquence. C'est étrange cette propension a vouloir faire et accepter le fait, mourir de mort violente et indigne un chef de gouvernement arabe ! Un relent de colonialisme, une petite pointe de racisme qui n'oserait pas dire son nom ! Quid des Colonels Grecs, des Généraux Argentins, de Pinochet, de Franco, des Bush père et fils...... et la liste n'est pas exhaustive.
Répondre
L
J'avais répondu en temps et en heure, sur mon blog à votre commentaire et pas par l'intermédiaire de Canaille le Rouge. Vous pouvez le vérifier sur l'article que vous avez commenté. Et sur une dictature, qu'elle soit d'ordre religieux ou laïque, cela reste toujours pour moi une dictature.
Mais sans doute vous ne me lisez pas. En effet, prétendre que j'oppose un chrétien à un arabe ou que les évènements de Maïdan en Ukraine sentent bon la démocratie, que la partie occidentale de notre planète est un paradis, ou bien que le gouvernement socialiste n'a pas soutenu l'islamisme en Syrie mais pas que, ne correspond pas à la réalité de mes chroniques. Relisez-moi et vous en serez d'accord. Du moins je l'espère.
R
Comme je viens de recevoir en ce jour de grâce de l'an 2014 (17 septembre) de la part de Canaille le Rouge, votre réponse à mon commentaire d'il y a 11 mois suite à votre article sur Khadafi, réponse dans laquelle vous, m'avez manifestement, déjà rangé parmi ceux et celles qui non pas "prendraient" mais prennent "le parti des dicateurs arabes" (sic) je me vois contrainte d'en "rajouter une louche" sur désolé, le sentiment que vous continuez à distiller et à inspirer, à savoir, un sentiment de franche hostilité et qui va donc, dans un certain sens, sinon à ne pas inciter au massacre de ces fameux "dictateurs arabes", tout au moins à ne pas le regretter. Point de sort semblable pour des dictateurs "chrétiens" (?) vous opposeriez donc arabe à chrétien ? Ah bon ? Chrétien, c'est une nationalité ? Savez-vous que le christianisme est né dans cette partie du monde où précisément, et pour reprendre votre expression qui dédouane beaucoup l'Occident, des "bandes islamistes y prolifèrent". Diantre, fichtre, il y aurait donc un terreau favorable à la prolifération de ces bandes islamistes, elles n'auraient pas plutôt été importées , outre des monarchies féodales avoisinantes, de nos belles régions, et y compris de notre "Douce France", armées, entraînées, et certainement dirigées y compris au sens géographique du terme par des "entités" tout ce qu'il y a plus 'occidentales. Vous croyez encore au fameux Printemps arabe ! Pourquoi n'y-a-t-il pas de Printemps occidental ? Tout va bien de ce côté-ci du monde et quid des "événements" de Kiev, Maïdan ? Alors, non, je n'ai pas pris parti pour les dictateurs arabes, mais je ne me réjouirai jamais du massacre d'un homme devant les caméras de télévision, massacre organisé et sponsorisé par des Messieurs en costume-cravate qui fréquentent les Salons au lambris dorés. Khadafi avait permis à son peuple d'atteindre un très niveau culturel, éducationel et les "sans dents" étaient sans doute moins nombreux que de ce côté-ci du Monde. Enfin, pour terminer avec les dictateurs, De Gaulle que beaucoup aujourd'hui encensent, et à juste titre pour son rôle durant la seconde guerre mondiale, a tout de même eu des agissements pas très honorables en Algérie et que dire de sa phrase, en substance : "Je ne souhaite pas que Colombey-les-Deux Eglises devienne Colombey les Deux Mosquées ". On croirait du Brice Hortefeux. Les bonnes âmes et peut-être en faites-vous partie se sont trouvées depuis, un autre affreux dictateur, bien que Chrétien mais pas papiste, à diaboliser : Vladimir Poutine. Avec les mêmes tentatives de déstabilisation, de ruine de l'économie avec les mêmes acteurs, notre foulosophe-cocaînomane, notre Ministre Etranger aux Affaires de la France, qui n'a pas plus vu de nazis place Maïdan que de Takfiristes, Whahabites (ceux que l'on nomme ici bien maladroitement islamistes) en Syrie. Pire, même, pour lui : "Al Nosra fait du bon boulot en Syrie".
R
Me traiter de colonialiste "avec une pointe de racisme qui n'oserait pas dire son nom", c'est avoir lu mon blog avec les yeux fermés.
Ensuite,si je suis d'accord avec la boite à pandores ouverte en Irak, en Syrie ou en Lybie et sur le rôle sanguinaire des bandes islamistes qui prolifèrent en ces pays, un dictateur restera toujours pour moi un dictateur, qu'il soit musulman ou chrétien, qu'il ait garrotté en Espagne comme Franco ou gazé son peuple comme Hussein en Irak. Vous avez pris le parti des dictateurs arabes. C'est votre choix, ce ne sera jamais le mien.
R
Qui que soit Marini, je n'arrive pas à me réjouir de la guerre sarkozienne contre la Libye de Kadhafi, ni de l'assassinat odieux de Kadhafi. Il aurait été utile et il serait toujours utile pour des communistes, me semble-t-il, de faire une analyse sérieuse de ce que sont ou ont été des régimes dits dictatoriaux dans des pays aux structures extrêmement complexes avant d'en saluer ou d'en vouloir la chute. C'est une évidence que la chute de Kadhafi après celle de Saddam Hussein, suites l'une et l'autre des plans de l'impérialisme de désorganisation du Proche et Moyen Orient, sont pour quelque chose dans le flot des réfugiés vers l'Europe. On pourrait espérer que la réflexion de Marini fasse réfléchir Hollande, mais il ne faut pas rêver ! Fraternellement, Roquet
Répondre