Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les 2000 adhérents du Pc parisien étaient appelés pour choisir dans quelle sauce ils seraient mangés lors des municipales de 2014. Ils devaient opter entre une liste du Front de gauche sans le PS et une liste pour s'aboucher avec le Ps. Les patrons du Pc de Paris privilégiaient l'alliance avec la social-démocratie à 67%, comme Pierre Laurent boss national du PCF et ci-devant sénateur de Paris. Plus de 40% des cocos parisiens ont boudé les urnes et seulement 1197 ont voté.

57% des communistes parisiens désirent s'aboucher avec la social-démocratie parisienne et que Pierre Laurent conserve son fauteuil au Sénat. 43% ont souhaité s'unir avec leurs partenaires du Front de gauche.

"C'est pour moi une immense joie et une très grande fierté. C'est un formidable message qui est adressé à toute la gauche parisienne", a réagi la candidate socialiste Anne Hidalgo, rappelant les 13 années de gestion commune PS-PCF qui "ont profondément changé Paris". "Aujourd'hui, les communistes ont fait le choix de préparer ensemble de nouvelles conquêtes sociales pour une ville bienveillante et dynamique".

En attendant, tous les députés Ps de Paris n'ont pas renié à l'Assemblée nationale le budget de rigueur présentée par François II. De la même façon, Jean-Marie Le Guen, député Ps de Paris et adjoint à son maire, président de l'AP-HP, continue de vouloir détruire l'Hôtel-Dieu de Paris. Quant à la réforme antisociale des retraites, c'est le doigt sur la couture du pantalon que les députés socialistes parisiens l'ont approuvé également.

 

Il y aura-t-il du fil à retordre entre partenaires du Front de gauche à Paris?

"Non", proclame Igor Zamichiei, responsable des cocos parisiens: Le vote des adhérents permet d'enclencher "une puissante dynamique" pour la victoire de la gauche à Paris en mars prochain. Il n'empêchera pas de "poursuivre et développer fortement fortement le Front de gauche" . Il n'a pas dit comment.

En tout cas, le Parti de gauche à Paris, qui a fondé avec le PC le Front de gauche, parle lui "d'erreur politique" et Jean-Luc Mélenchon a déploré "un exemple désastreux"

Il faut savoir qu'à Marseille, par exemple, 2e ville de France, le Front de gauche propose une liste autonome du Ps.

On peut donner sa langue au chat pour comprendre.

En haut le big chef du Pg et celui du Pc

En bas la candidate du Fg à Paris et la tête de liste Pc pour l'union avec le Ps parisien

Commenter cet article

Marcel Chauvin 21/10/2013 22:59

L'action politique ne se résume pas à des clivages d'appareils politiques; derrière ceux-ci il y a des hommes et des femmes qui ne font pas de calculs manichéens,et qui espèrent simplement vivre mieux demain.Il s'agit pour ceux qui veulent porter ces espoirs d'y répondre au mieux.
L'histoire de la gauche française depuis 1920 est ainsi faite que, à des périodes sombres ont succédé des périodes de rassemblement;lesquelles ont générés des progrès significatifs pour notre peuple.
Ce qui signifie qu'il ne faut jamais négliger toute possibilité de rassemblement lorsque c'est possible;
même quand c'est difficile comme en ce moment.
D'ailleurs il est curieux de noter que les plus hostiles à tout rassemblement sont issus du PS depuis la dernière pluie...Cela sent trop le calcul bassement politicien.
D'ailleurs nous pourrions faire un parallèle avec le mouvement syndical;avec ce qui c'est passé autour de l' A.N.I et des retraites,à chaque fois que cela fut possible la C.G.T appela à des actions avec d''autres syndicats;même ci ceux étaient près à abandonner le combat à la première occasion.Cette démarche est toujours incontournable si nous voulons optimiser les luttes.
A l' ère de la dictature de la finance sur notre société;les villes et les villages de France sont sans doutes les lieux où la démocratie a encore le plus de sens.Alors faisons là vivre.