Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Carte postale de Port-la-Nouvelle

C'était, il y a bien longtemps, Port-la-Nouvelle n'était qu'un tout petit hameau de Sigean autour d'un port qui lui grandissait. Dès lors, pour ne pas que les petites gens, qui le peuplaient, soient des suppôts du diable, l'église de Rome y installa une chapelle.

On la consacra dans une poudrière désaffectée des gabelous. Elle sentit longtemps le salpêtre, la poudre et le renfermé. Mais les gens d’ici et le ciel en furent heureux. Et la nature se mêla aussi à cette profonde joie. Les rossignols fignolèrent de merveilleuses mélopées, à faire bramer les vieilles filles d’envie, si tant soit peu qu'il y en ait eu, ce que la chronique ne dit pas. La mer berça gentiment le golfe du Lion et la nuit venue, au-dessus du petit port de La Nouvelle, une myriade d’étoiles se réverbéra sur ce miroir fragile. Tout fut donc prospère pour les rêves.

rossignol des murailles

Or, une jeune comète, retardée par quelque chose à faire dans son logis au dernier moment, surgit en trombe. L’effrontée, sans façon ni pour l’heure ni pour ses voisines dans la voie lactée, fit plus qu’ébouriffer la chevelure céleste. Elle osa bousculer même de vieilles étoiles incrustées dans le firmament depuis le commencement du temps.

Alors, chacune souhaita reprendre son rang et sa splendeur dans la constellation. Et de se secouer vivement pour ôter la brillance de ses voisines. Un tohu-bohu phénoménal s’ensuivit et mille particules, provenues des unes ou bien des autres, vinrent chatouiller les narines de la lune.

La première dame de la nuit en éternua et un souffle gigantesque balaya la galaxie jusqu’à son tréfonds. Dès lors, furent chassés des cieux toutes les étoiles et l’épais manteau de la nuit. Du coup, l’azur devint cristallin comme en plein jour. Alors, les rossignols se mirent au nid sur-le-champ et, tout aussitôt, les coqs du petit port de La Nouvelle embouchèrent le clairon du réveil.

 

Dans sa chapelle tout juste consacrée, le curé ne réfléchit point. Il lâcha à toute volée les cloches des matines, bien que ses mains fussent martyrisées de la vesprée de toute à l’heure. Les arbres s’éveillèrent en sursaut à ces sonnailles. Ils ne voulaient pas désobéir à cet appel chrétien retentissant dans l’espace. Ils ouvrirent grandes leurs ramures, afin de pousser dehors des gerbes d’oiseaux encore ensommeillés. Et voilà des nuées, piaillant ou jacassant, se cognant les unes aux autres. Ce qui réveilla le soleil, lequel délaissa sa couche et sa maîtresse, pour resplendir en tant que souverain incontesté des cieux.

Mais la lune tint à garder sa place et invectiva celui qui voulait la lui reprendre. Et puis, revinrent également toutes les étoiles qui avaient compris enfin leur sotte méprise. Un très grand remue-ménage et une phénoménale cacophonie s’incrustèrent alors dans les cieux entre tous ces oiseaux et tous ces astres.

Celui qui les gouvernait, pour les avoir créés de A à Z s’en irrita profondément. Et il partit chez son cousin Belzébuth reprendre sa somnolence coutumière.

 

Depuis, le ciel et les choses sont revenus à plus de sagesse. Le Cers a sifflé la fin de la partie définitivement, d'une magistrale volée. Dès lors, le jour ne s’habille plus de soleil avant que la lune et les étoiles n’aient disparues. Dieu a aussi recouvré son belvédère.

Mais il se dit qu’Il a ramené avec lui quelques créatures assez sulfureuses de chez le diable. Allez savoir. Pour autant, l’éternité n’était-elle pas si interminable qu'on s'en lasserait ?   

Commenter cet article

sorcière and co 04/11/2013 20:37

quel peintre céleste tu fais, aurais tu passé un pacte avec le curé de la chapelle pour avoir autant de talent, cela ne me semble pas normal
j'aimerai pouvoir peindre un jour cette manifestation d'étoiles rajeunie par l'émulation pour avoir une place au ciel

caroleone 20/10/2013 20:52

Bonsoir Roger,

Belle imagination !
Les oiseaux quoi qu'il arrive tirent toujours leur épingle du jeu....et j'espère que les étoiles continueront à luire qu'elles soient jeunes ou vieilles car sans elle on perd notre chemin de vie.

Amitiés

caro