Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par caroleone

Cet article est reposté depuis coco Magnanville.

Communiqué de presse. (Retrouver le fichier en pdf c'est ici)

 

HOPITAL DE MANTES LA JOLIE. LE PROJET FINEVE EST REFUSE.

La cardiologie publique est sauvée.

 

La société FINEVE (dirigée par un adjoint au maire UMP de Mantes la Jolie) avait déjà obtenu le monopole de la cardiologie interventionnelle en 2010.

Elle tentait depuis d’imposer un « partenariat public-privé » qui aurait signé la fin de toute la cardiologie publique et de l’USIC (Unité de soins intensifs cardiologiques).

Ce projet vient d’être refusé par l’ARS (Agence régionale de Santé).

 

CIMG0144

 

L

 

es études ont enfin démontré officiellement que le projet FINEVE n’était pas viable, ni économiquement, ni en matière de qualité de soins.

Elles ont aussi démontré que seul notre hôpital public pouvait répondre aux besoins et que la disparition de la cardiologie publique déstabiliserait tout notre hôpital.

Alors que le Directeur de l’Hôpital affirmait (sur ordre ?) l’extrême difficulté, voire l’impossibilité pour son établissement de recruter de nouveaux cardiologues, les trois départs en retraite de praticiens viennent d’être remplacés. Les appels à candidature ont suscité aussitôt plusieurs dizaines de réponses !

 

C’est une très bonne nouvelle pour notre hôpital public.

 

On la doit au formidable mouvement impulsé par le comité Cœur.Hôpital.Mantes.

Pendant trois ans, face à la mauvaise foi des ministres qui se sont succédé, au Directeur général de l’ARS, il n’a jamais lâché.

Les 30.000 citoyens, les 200 élus de toutes sensibilités qu’il a su rassembler ont empêché la privatisation d’un pan stratégique de notre hôpital.

 

CIMG0138

 

On la doit à la persévérance des praticiens et des personnels hospitaliers qui, face aux dénigrements orchestrés en « haut lieu », ne demandaient rien pour eux si ce n’est de répondre à leur mission de service public et d’assurer le droit à des soins de qualité pour toutes et tous. Et nous tenons particulièrement à remercier le chef du service de cardiologie, le docteur René FAIVRE, sanctionné puis poussé à la retraite parce qu’il a toujours refusé d’oublier la santé et la sécurité de ses patients.

 

Une bonne nouvelle qui ouvre de nouvelles perspectives.

 

Comme l’ont affirmé les membres du comité Cœur.Hôpital.Mantes lors de son dernier rassemblement le 20 juin dernier, le mouvement pour la défense de notre hôpital se poursuivra sous d’autres formes.

Cette bonne nouvelle en renforce l’actualité pour :

 

L’AVENIR DE L’UNITE HOSPITALIERE DE SOINS DE SUITE ET DE REEDUCATION.

Actuellement implantée à Dennemont, son déménagement à Mantes la Jolie est plus que jamais d’actualité.

Un autre projet de partenariat « public-privé » avec …. La société FINEVE n’est pas encore annulé.  Ce dernier prévoit de réduire de plusieurs dizaines de lits la capacité du public pour permettre à la société privée de s’implanter sur le territoire même de notre hôpital.

Rien ne justifie plus une telle aberration du point de vue des besoins de santé de la population. Bien au contraire, ces besoins appellent un développement de l’offre publique en cohérence avec le plateau technique de notre hôpital.

 

LE NON-SENS DE LA PRIVATISATION DU PARKING PUBLIC.

 

Cette idée de privatisation provient directement du « projet FINEVE ». Cette société privée devait déménager ses propres soins de suite (APARC à Rosny, clinique d’Evecquemont) sur le territoire de l’Hôpital, ce qui conduisait au sous-dimensionnement de notre parking public (parce que le personnel aurait été invité à s’y garer).

Les pouvoirs publics doivent maintenant refuser ce nouveau projet FINEVE et « redistribuer les cartes ».

Ce dont ont besoin les patients et les visiteurs, c’est d’un parking public rénové sérieusement et leur évitant une nouvelle taxe (stationnement payant) tout en ne cautionnant pas la mise en stationnement payant de tout le quartier environnant qui en découlerait immédiatement.

Ce dont a besoin notre hôpital public, ce sont de moyens financiers renforcés pour assurer son développement, pas d’une nouvelle dépense (plusieurs centaines de milliers d’euros annuellement) pour une « garantie d’équilibre financier » que ne manquerait pas d’exiger le délégataire (Vinci Park ou autre).

 

LA PERSPECTIVE DE LA RE-CREATION D’UNE UNITE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE.

 

En effet, les études ont également démontré que la clinique privée d’Evecquemont était loin de répondre aux besoins – notamment par son isolement géographique et son manque de cohérence hospitalière.

A terme, il est illogique que la clinique privée continue à bénéficier seule de l’autorisation de coronarographie dans le tiers du territoire des Yvelines alors que l’hôpital de Mantes la Jolie, non seulement répond beaucoup mieux à l’ensemble des critères imposés par les pouvoirs publics, à l’exigence essentielle de pérennisation du service tout en assurant une offre de santé conséquente aux communes proches des départements limitrophes (Eure, Eure et loir, Val d’Oise).

Le Directeur de l’Hôpital (toujours sur ordre ?) en bradant le matériel de coronarographie au tiers de son prix puis en dédiant la salle à de nouvelles activités a imposé le fait accompli.

En l’état, cela rend impossible la réouverture de la cardiologie interventionnelle après trois ans de fermeture. Mais cela n’enlève rien aux besoins de la population.

L’urgence est donc maintenant de remettre l’ouvrage sur le métier : reconstruire un dossier d’agrément, obtenir et réaliser les investissements nécessaires, recruter de nouveaux praticiens coronarographistes.

 

Une vraie perspective politique.

 

Il s’agit donc bien d’une perspective politique au vrai sens du terme.

 

Or, force est de constater qu’une seule municipalité a refusé obstinément son soutien à notre hôpital alors qu’une de ses élus en dirige le Conseil de surveillance : celle de Mantes –la-Jolie.

Or, force est de constater que de nombreux élus, s’ils ont défendu notre hôpital pendant qu’ils étaient dans l’opposition, ont brusquement faut marche arrière une fois au pouvoir en 2012.

 

Pour répondre aux besoins de la population en matière de santé, n’est-il pas nécessaire de pouvoir disposer de représentants, d’élus qui ne sacrifieront pas l’intérêt des Mantais aux jeux politiciens ?

 

Avec toutes les Mantaises et tous les Mantais qui le souhaiteront, c’est dans cette démarche que nous nous engageons.

 

Marc Jammet                                                                   Joëlle Manant                                                                             

 

Pour nous contacter :

Joelle.manant@wanadoo.fr Marc.jammet@wanadoo.fr  http://www.marcjammet.f

Commenter cet article